Pour consulter l'intégralité de chaque article, veuillez cliquer sur le titre ou sur "lire la suite".

dim.

19

oct.

2014

Foire Saint-Luc de Gavray: l'une des plus rurales et des plus conviviales des foires millénaires de la Manche

La sous-préfète, les officiers de gendarmerie et les élus à côté du poste de sécurité, avant d'entreprendre la traversée de la foire le vendredi matin, jour de l'inauguration
La sous-préfète, les officiers de gendarmerie et les élus à côté du poste de sécurité, avant d'entreprendre la traversée de la foire le vendredi matin, jour de l'inauguration

Chaque année, la foire Saint-Luc de Gavray est un grand moment de convivialité. Je ne manquerais pour rien au monde son ouverture aux côtés des élus, et d'abord mon ami Guy Nicolle, maire de la commune et conseiller général, et des bénévoles qui se donnent un mal de chien pour sa bonne organisation avec la gendarmerie et la protection civile. Cette année, nous avons eu beau temps pour la traditionnelle traversée du champ de foire qui domine la ville et la vallée, non loin des vestiges de l'ancien chateau fort qui faisait au moyen-âge de Gavray un place forte imprenable. J'aime la Saint-Luc, son caractère rural très affirmé, son visage souriant et bon enfant, sa dimension importante mais encore humaine, la possibilité d'y rencontrer de nombreux amis, le nombre et la diversité de ses exposants, son marché aux chevaux toujours très actif, le parfum des rôtisseries à l'approche de midi...

0 commentaires

ven.

17

oct.

2014

Visites de terrain et réunions dans le canton de Bréhal

Avec Patricia Lecomte, conseiller général du canton de Bréhal
Avec Patricia Lecomte, conseiller général du canton de Bréhal

À l'Invitation de Patricia Lecomte, conseiller général de Bréhal, j'ai alterné lundi dernier visites de terrain et réunions de travail avec les maires du canton. Trois questions ont été abordées : l'application de la loi littoral, les moyens d'action des communes, y compris la question de l'intercommunalité, la garde des jeunes enfants.

1) La loi littoral est nécessaire dans son principe si l'on veut -et nous le voulons- préserver notre environnement sur le rivage des bords de mer. Mais les interprétations restrictives ajoutées année après année par les tribunaux administratifs conduisent à des limitations excessives au droit de construire des exemples : une commune ne peut autoriser de constructions nouvelles dans un lotissement où ont pourtant déjà été bâties trois maisons au cœur d'un hameau éloigné de la mer (aucune visibilité du littoral) et raccordé à un réseau d'assainissement non saturé (cas vu à Bricqueville S/Mer avec situation voisine constatée à Bréville S/Mer- voir photo). Il faut donc absolument obtenir des assouplissements. Le Sénat, sur une initiative de Jean Bizet à laquelle je me suis associée, les a votés...mais l'Assemblée nationale les rejette !

2) Les communes n'en peuvent plus de voir baisser leurs dotations (ce ne sont pas des libéralités mais la contrepartie de la suppression de taxes locales comme la taxe professionnelle) et augmenter leurs charges : financement à la place de l'Education nationale d'activités d'éveil organisées pendant le temps scolaire, transfert en juillet prochain de l'instruction des permis de construire jusqu'alors assurée gratuitement par l'Etat, multiplication des normes (accessibilité, etc...) renchérissant les travaux, etc... L'intercommunalité est loin de résoudre immédiatement les problèmes : on empile les charges de personnel et d'exploitation. La question du regroupement volontaire des communes pour former des communes nouvelles sur la base d'un libre accord se pose à celles qui ne veulent pas voir échapper vers une intercommunalité étendue et un peu éloignée des compétences de proximité qu'elles n'ont plus les moyens d'assumer seules.

3) La garde des jeunes enfants : ministre, j'ai créé le statut des assistantes maternelles en 2005, avec une exigence de qualification, et autorisé l'expérimentation e maisons d'assistantes maternelles surtout en milieu rural, et celles des micro-crèches (avec des contraintes allégées par rapport aux crèches). C'est une formule moderne qui permet aux assistantes maternelles qui le souhaitent d'exercer à plusieurs en dehors de chez elles dans un local adapté à l'accueil de jeunes enfants. Je suis allé rencontrer les assistantes maternelles de la Maison d'Hudimesnil à l'invitation du maire de la commune, M. Michel Mesnage, et j'ai pu vérifier l'intérêt de la formule et de dénouer les difficultés rencontrées par la structure.

 

 

0 commentaires

ven.

17

oct.

2014

L'avenir des barrages de la Sélune

Ouest-France, 17.10.2014
Ouest-France, 17.10.2014
1 commentaires

sam.

11

oct.

2014

Vent de fronde à l'assemblée générale des maires de la Manche

François Baroin, ancien ministre, sénateur et futur président de l'association des maires de France, accueilli par Mme Panassié, maire de saint-James, à l'assemblée générale des maires de la Manche
François Baroin, ancien ministre, sénateur et futur président de l'association des maires de France, accueilli par Mme Panassié, maire de saint-James, à l'assemblée générale des maires de la Manche

Baisse des dotations globales de fonctionnement, baisse des dotations de compensation créées à la suite de la suppression de la taxe professionnelle, lancement d'un nouveau processus de regroupement des intercommunalités alors que le précédent n'est pas encore achevé, avec un plancher obligatoire de 20 000 habitants par intercommunalité, ... et dans le même temps multiplication des normes et aggravation des charges par la réforme des rythmes scolaires et le transfert aux communes de l'instruction des demandes de permis de construire: le moral des maires n'est pas au beau fixe face aux décisions gouvernementales! François Baroin a cependant fait un discours mobilisateur pour que l'association des maires soit plus présente que jamais dans le débat avec le gouvernement et dans le combat au Parlement, notamment grâce à l'engagement fort du sénat aux côtés des élus lors de la discussion prochaine, en deux étapes, de la réforme territoriale.

0 commentaires

jeu.

09

oct.

2014

Sept sénateurs normands à des postes à responsabilité au Sénat

les sénateurs normands dans l'hémicycle, 09.10.2014 : J.Bizet, JC. Lenoir, C. Morin-Desailly, G. Larcher, P.Bas, H. Maurey, JL. Dupont,
les sénateurs normands dans l'hémicycle, 09.10.2014 : J.Bizet, JC. Lenoir, C. Morin-Desailly, G. Larcher, P.Bas, H. Maurey, JL. Dupont,

Le 28 septembre dernier, la droite est redevenue majoritaire au Sénat élisant le normand Gérard Larcher à sa tête. Le président du groupe UMP du Sénat, le vendéen Bruno Retailleau, a organisé mardi un vote interne pour élire les candidats aux postes de vice-présidents, questeurs et secrétaires du bureau du Sénat. Aujourd'hui jeudi, c'était au tour des présidents de commission d'être désignés.

Six sénateurs normands, au côté de leur président lui aussi normand, occupent  des postes à responsabilité au sein du Sénat : cinq présidents de commission et un questeur. La Normandie est la region la plus représentée dans les instances du Sénat.

- Commission des Lois : Philippe BAS (UMP Manche)

- Commission des affaires européennes : Jean BIZET (UMP Manche)

- Commission des affaires économiques : Jean Claude LENOIR (UMP Orne)

- Commission du développement durable à Hervé MAUREY (UDI-UC Eure)

- Commission culture éducation communication à Catherine MORIN-DESAILLY (UDI-UC Seine Maritime)

- Questeur : Jean Léonce DUPONT (UDI-UC Calvados)

3 commentaires

mar.

07

oct.

2014

Casimir Lechevalier et Mme Mauduit à l'honneur à St Pois

Ouest-France, 07.10.2014
Ouest-France, 07.10.2014
0 commentaires

dim.

05

oct.

2014

Inauguration et bénédiction de l'orgue d'Auvers

Bénédiction de l'orgue par Mgr Le Boulc'h
Bénédiction de l'orgue par Mgr Le Boulc'h

La très belle église Saint-Etienne d'Auvers (près de Carentan) était depuis plusieurs années privée de son orgue restauré dans les années soixante mais devenu hors d'usage. L'action de la municipalité dirigée par M.Guy Foucher et d'une association locale ont permis l'installation d'un orgue entièrement rénové, présenté dans son écrin de menuiserie. J'ai été heureux de participer à l'opération à travers la réserve parlementaire. Une entreprise alsacienne, qui a su préserver le savoir faire français des facteurs d'orgue,avait été choisie pour réaliser l'opération. Ce dimanche, le public était nombreux pour assister à un magnifique concert donné dans l'église, qui a suivi la bénédection de l'orgue par Mgr Le Boulc'h, évêque de Coutances et d'Avranches.

0 commentaires

mar.

30

sept.

2014

La foire Saint-Macé de Saint-James: beau temps, exposants et public nombreux, concours d'élevage réussi!

Inauguration de la Saint-Macé: sur l'espace réservé au concours d'élevage, avec Mme Panassié, maire, et Monsieur Lechat, président du comice
Inauguration de la Saint-Macé: sur l'espace réservé au concours d'élevage, avec Mme Panassié, maire, et Monsieur Lechat, président du comice

Parmi nos foires de l'automne, après la Sainte-Croix de Lessay et avant la Saint-Luc de Gavray et la Saint-Martin de Saint-Hilaire-du-Harcouët, la Saint-Macé fait partie des plus dynamiques. Elle a le soutien de la municipalité, de la communauté de communes et d'associations qui se mobilisent pour la réussite de son organisation, qui comporte un concours d'élevage animé par de jeunes agriculteurs, et où sont inscrits des animaux aux performances reconnues. Moment toujours très sympathique où le sud Manche et le nord Bretagne aiment à se retrouver!

0 commentaires

sam.

27

sept.

2014

Ducey: ouverture d'une nouvelle maison d'assistantes maternelles

Le député G. Huet et les assistantes maternelles de la MAM le jour de l'inauguration, avec M.Laporte, maire de Ducey (photo prise par mes soins!)
Le député G. Huet et les assistantes maternelles de la MAM le jour de l'inauguration, avec M.Laporte, maire de Ducey (photo prise par mes soins!)

J'ai été à l'origine, comme ministre de la solidarité, en charge de la famille, de la création des premières micro-crèches en milieu rural et des maisons d'assistantes maternelles, où se regroupent plusieurs assistantes maternelles souhaitant travailler en dehors de chez elles dans un local adapté à l'accueil des jeunes enfants. Je suis heureux comme vice-président du conseil général de la Manche en charge là-aussi des solidarités et de l'enfance, à chaque fois qu'ouvre une nouvelle structure de ce type dans notre département. C'est le cas à Ducey et à Hudimesnil, où je me suis rendu aussi.

Il faut cependant être très attentif au respect des conditions nécessaires à leur bon fonctionnement dans l'intérêt des familles. Une maison d'assistantes maternelles exige une entente sans faille des assistantes maternelles qui la composent, et il doit être bien clair que chacune d'elles est seule responsable des enfants qui lui sont confiés, à l'exclusion des autres. C'est un équilibre et un partage qu'il n'est pas toujours facile de faire durer! Mais quand cela fonctionne bien, c'est une excellente formule.

0 commentaires

mer.

24

sept.

2014

Visite en Meurthe-et-Moselle à l'invitation du Sénateur Jean-François Husson

Jean-François Husson, sur la droite, avec Andréa et Paola, du conseil municipal des jeunes, et des membres du club des retraités au Moulin des générations de Champigneulles
Jean-François Husson, sur la droite, avec Andréa et Paola, du conseil municipal des jeunes, et des membres du club des retraités au Moulin des générations de Champigneulles

Le sénateur Jean-François Husson, avec lequel je travaille beaucoup au Sénat, organisait une rencontre avec les élus de Meurthe-et-Moselle à l'occasion de sa mi-mandat. J'ai été heureux de participer à ses côtés à cette réunion, précédée d'une visite du "Moulin des générations" et du complexe sportif de Champigneulles, commune de 6900 habitants proche de Nancy où la municipalité s'implique fortement sous la houlette du maire, Claude Hartmann, pour développer les actiivtés intergénérationnelles et mettre à la disposition des enfants des écoles de nombreuses actiivtés périscolaires. Cette visite a été l'occasion de constater l'effort consenti par de nombreuses municipalités pour ne pas faire la politique du pire dans l'application des nouveaux rythmes scolaires, en mettant quoi qu'il en coûte au premier rang de leurs préoccupations l'intérêt supérieur des enfants, ce qui suppose un engagement financier souvent massif (ici 150 000 euros en mettant à profit l'équipement et les moyens humains existants, moyennant cependant d'importantes réorganisations).

Qu'on me permette de rappeler, comme je l'ai fait à la réunion avec les élus de Meurthe-et-Moselle, que ces coûts supplémentaires, qui peuvent atteindre jusqu'à 10% des recettes fiscales de la collectiivté, représentent des activités qui jusqu'alors étaient du ressort de l'éducation nationale (le chant, le sport, la musique sont au programme de l'école primaire) sans que l'éducation nationale ait fait la moindre économie de personnel en transférant ces misisons aux collectivités, sans que le temps ainsi libéré pour les professeurs des écoles ait permis le renforcement de l'apprentissage des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter), et sans que les surcoûts induits soient pris en charge par l'Etat. De plus, tout le monde ne peut faire aussi bien qu'à Champignolles, et l'égalité entre les enfants en fonction de leur lieu de résidence va s'accroître. Cette méthode de gouvernement, si c'en est une, est détestable.

1 commentaires

mar.

23

sept.

2014

Les Tricots Saint-James: une entreprise conquérante

Les Tricots Saint-James portent le nom d'un chef-lieu de canton du sud de la Manche qui a su transmettre jusqu'à nos jours une tradition de filature et de confection textile remontant au Moyen-Age. L'entreprise plonge ses racines au milieu du XIXème siècle. Elle a profité pendant longtemps de l'énergie produite par les roues à aube installées le long de la Sélune, en contrebas de la ville. Elle s'est aujourd'hui dotée d'installations modernes, que j'ai visitées lundi, sur le terrain d'une base aérienne provisoire mise en place par les libérateurs américains en 1944. Elle compte trois cents salariés.

Le fondateur de la société actuelle, M. Legallais, était venu de Canisy. Il devint maire de Saint-James. Son gendre, M.Bonte, a considérablement développé et modernisé l'entreprise, avant de passer la main à une équipe de cadres dirigée par Yannick Duval, aujourd'hui premier adjoint au maire, qui a donné son impulsion au développement de la marque en France et à l'étranger, en misant sur la qualité des produits et sur la force de son réseau commercial. Il a passé la main à M.Le Sénécal, actuel directeur général, qui a repris la majorité des parts à la tête d'une équipe de six cadres, M.Duval et son associé et collaborateur, M.Legendre, conservant 40% des parts. La transmission s'est opérée en douceur, dans la continuité des principes fondateurs et de la stratégie de l'entreprise.
35% du chiffre d'affaires est désormais réalisé à l'export : le Japon, où Saint-James est présent depyuis trente ans, est devenu le premier pays client. La société est fortement implantée aussi au Bénélux et en Allemagne. Elle a une filiale pour les Etats-Unis et le Canada. Elle est également en Corée et en Chine (Shanghai, et Hong Kong dans 15 jours!) mais aussi à Taïwan. La Russie a été ouverte il y a 18 mois. La Colombie offre de belles perspectives en raison de sa forte croissance, de son climat (Bogota est à 2000m d'altitude), de sa tradition de culture de la laine et d'un régime commercial favorable aux importations. 

L'organisation de salons par Ubifrance est un moyen apprécié par l'entreprise pour pénétrer de nouveaux marchés. Demain, ce sont les pays du Golfe persique qui seront abordés: fort pouvoir d'achat et goût pour les voyages de leurs habitants se conjuguent pour faire espérer des ventes importantes de vêtements chauds!

Mais ce développement international n'est possible selon M. Le Sénécal que parce que l'entreprise reste forte et bien implantée sur le marché français, qui est sa vitrine et le socle de son activité. L'export ne doit pas être une fuite en avant: il faut 2 ou 3 ans pour s'installer sur un marché et il importe d'être fort chez soi pour pouvoir l'être aussi chez les autres.

L'entreprise dispose de 500 points de vente sur le territoire national, mais elle s'inquiète de l'évolution défavorable du commerce indépendant multimarques des centres-villes, auquel elle réagit par de nouvelles techniques commerciales. Les Tricots Saint-James disposent de 20 boutiques en franchise et en ouvrent bientôt une autre à Rennes. Ils exploitent directement 14 autres boutiques, parmi lesquelles celles du Mont-Saint-Michel et de Granville. Ils en ouvrent une ou deux supplémentaires par an. La "boutique usine", récemment inaugurée, marche très fort: le "panier moyen" par client y est le plus élevé en France!

Malgré un premier semestre difficle en raison du ralentissement général de l'activité et de la faiblesse de la consommation, les Tricots Saint-James ont donc toutes les raisons de croire en leur avenir, source d'emploi et de prospérité pour notre région. C'est une "entreprise de terroir", selon l'heureuse expression de son président.


0 commentaires

dim.

21

sept.

2014

Lettre ouverte aux candidats à la présidence de l'UMP

Le Figaro, 19.09.2014
Le Figaro, 19.09.2014
0 commentaires

sam.

20

sept.

2014

Bréhal: nouvelle mairie et Légion d'Honneur à Jules Périer, 19 ans maire

Jules Périer vient de recevoit la Légion d'Honneur des mains de M.Verdier, ancien maire de Granville, à droite
Jules Périer vient de recevoit la Légion d'Honneur des mains de M.Verdier, ancien maire de Granville, à droite

Deux événements importants à Bréhal ce samedi: l'inauguration des travaux de la mairie, refaite de fond en combles; la remise de la Légion d'Honneur à M.Jules Périer, qui fut maire 19 ans, élu municipal 37 ans, et qui est un homme de bien. Mi-rurale, mi-littorale, comme l'a souligné M.Verdier, ancien maire de granville en remettant à Jules Périer sa décoration, Bréhal, forte de ses 3200 habitants, est une commune attractive qui a su développer services et activités économiques grâce à l'engagement de son maire, longtemps Jules Périer, et de l'équipe municipale. j'apprécie toujours ces moments assez rares où une communauté marque un temps d'arrêt pour exprimer respect et reconnaissance à l'un des siens, qui a su rendre très vivant le témoignage des années passées au service de la commune et de ses habitants et conclure en disant son bonheur d'avoir été maire.

Une mention particulière à  M.Lécureuil, nouveau maire, et à son équipe, tout entière mobilisée pour l'occasion, pour le remarquable déroulement d'une matinée organisée au cordeau!

0 commentaires

sam.

20

sept.

2014

Manoeuvres annuelles du Centre de secours Brécey-Saint-Pois

Comme tous les ans en septembre, nos pompiers volontaires se sont exercés dans les conditions d'intervention réelle avec l'appui de la municipalité de Saint-Pois et le concours bienveillant de la gendarmerie, en présence d'un public de tous âges venu observer les opérations, admirer le sang froid, l'organisation et le professionnalisme des soldats du feu et constater la qualité des matériels qui sont mis à leur disposition grâce à l'engagement financier du conseil général.  

L'occasion de vérifier que la sécurité de nos concitoyens dans les situations d'urgence est assurée dans les meilleures conditions par nos volontaires.


0 commentaires

jeu.

18

sept.

2014

Le Sénat a reçu le Roi de Jordanie en visite officielle en France.

Le Roi de Jordanie reçu au Sénat, 18.09.2014
Le Roi de Jordanie reçu au Sénat, 18.09.2014

Je participais à la délégation qui l'a accueilli. J'ai été impressionné par son intelligence, sa maîtrise, sa vivacité, sa concentration, sa tension intérieure, sa culture, son sens aigu de la responsabilité, sa modération... Un chef d'Etat moderne, réfléchi, pondéré, heureusement doté des qualités nécessaires pour que son pays demeure un îlot miraculeux de stabilité et d'équilibre dans un Proche-Orient en proie aux crises et même aux tragédies, voire à la barbarie. Le Roi doit faire vivre ensemble, en paix, une population comportant des communautés qu'ailleurs tout semble opposer, et qui compte aujourd'hui 20% de réfugiés fuyant les pays de la région où ils étaient persécutés. La paix au Proche-Orient est donc vitale pour la Jordanie car l'instabilité de ses voisins la menace directement. C'est pourquoi les conseils du Roi sont généralement pertinents et inspirés par les motifs les plus nobles. Il a aussi besoin que l'économie de son pays soit confortée par la communauté internationale pour pouvoir intégrer sans heurts ni troubles les populations résidant sur son territoire. Et nous avons nous-mêmes intérêt à ce que la Jordanie reste stable et continue à contribuer aux efforts de paix.

0 commentaires

dim.

07

sept.

2014

Congrès cantonal des anciens combattants de Saint-Hilaire du Harcouët au Mesnillard

La cérémonie organisée par l'union nationale des combattants pour son congrès cantonal de Saint-Hilaire-du-Harcouët a été l'occasion de revenir sur la guerre d'Algérie, dans une année marquée surtout par le 70ème anniversaire du Débarquement et par la commémoration du centième anniversaire du début de la Première Guerre Mondiale. L'Abbé Bouëda, qui est lui-même un ancien d'Algérie où il a été enseignant pendant sa période de services militaires, a souligné que la guerre d'Algérie n'avait pas été une guerre opposant les religions et qu'elle fut au contraire une période qui lui permit, ainsi qu'à de nombreux jeunes Français, de faire connaissance avec un islam de tous les jours qui n'a rien à voir avec l'image que les générations d'aujourd'hui peuvent en avoir du fait de la montée des dérives islamistes et de leurs prolongements terroristes. Il nous a invité à faire la différence entre un islam qui professe sa foi en un Dieu miséricordieux et pratique celle-ci avec sagesse dans le respect des autres et ses expressions extrémistes qui ont pris le dessus depuis la révolution iranienne de 1979. Nous-même savons ne pas confondre le catholicisme avec l'inquisition ou avec l'intégrisme!


0 commentaires

sam.

06

sept.

2014

Inauguration de la nouvelle maison de l'artisanat et des métiers à Coutances

Grand jour vendredi à Coutances avec l'inauguration du nouveau siège de la Chambre des métiers et de l'artisanat, à l'invitation de son excellent président, Jean-Denis Meslin. L'occasion de rappeler que, contrairement à la prophétie de Karl Marx, les artisans ne veulent pas "faire tourner à l'envers la roue de l'histoire", mais s'inscrivent au contraire pleinement dans le XXIème siècle. Ils apportent à l'économie la qualité de leur travail, leur goût de l'indépendance et de la liberté, leur sens de l'engagement personnel et de l'effort, leur capacité à prendre des risques. Ils savent former à leurs métiers de nouvelles générations. Ils ne cessent de s'adapter aux nouvelles technologies, opposant leur énergie et leur esprit d'entreprise et d'innovation à ceux qui voudraient les condamner au passé et à la ringardise.

L'occasion aussi de dire que les services de la chambre doivent sans hésitation être sollicités pour améliorer les qualifications des entrepreneurs en matière de gestion, assurer leur formation continue, les assister dans le recours à l'apprentissage, mobiliser des aides et, particulièrement ces temps-ci, les soutenir dans leurs discussions vis à vis des banques. Nous savons en effet que près de la moitié des entreprises artisanales connaissent actuellement de sérieuses difficultés de trésorerie du fait de la conjoncture et du poids de leurs charges. La commande publique est faible, le bâtiment est en crise, la grande distribution, elle-même aux prises avec le marasme économique, leur oppose une concurrence accrue. Raison de plus pour que la Chambre se déploie pour les aider face à l'adversité. Les conditions d'accueil qu'ils recevront dans ce nouvel établissement y contribueront certainement.


0 commentaires

mer.

03

sept.

2014

Revue de presse : Visite du ministre E.Macron chez Acome

Presse de la manche, 03.09.2014
Presse de la manche, 03.09.2014
0 commentaires

mer.

03

sept.

2014

Saint-Pois: Fête de la Saint-Louis: engagement bénévole, convivialité et voitures anciennes

0 commentaires

mar.

02

sept.

2014

Le ministre de l'économie à Mortain: je prèfère un ministre qui aime les entreprises plutôt que le contraire, pourvu qu'il agisse vite et fort

Emmanuel Macron accueilli à son arrivée à Romagny (d.r. lesnouveautés.fr)
Emmanuel Macron accueilli à son arrivée à Romagny (d.r. lesnouveautés.fr)


Le choix du nouveau ministre de l'économie de venir à Mortain était judicieux. Par delà l'habileté consistant pour Emmanuel Macron à tenter de corriger son image libérale auprès des militants de gauche en montrant, un an après Benoît Hamon, son intérêt pour l'économie sociale (l'ACOME est une coopérative "ouvrière"), il a pu ainsi mettre en valeur une entreprise présente sur quatre continents, à la pointe des technologies nouvelles en matière de fibre optique, et qui contribue à faire évoluer son environnement à travers une forte implication aux côtés de la communauté de communes présidée par Serge Deslandes au sein de Novéa, association de formation aux métiers des nouvelles technologies de l'information mise en place en 2006 dans le cadre du pôle d'excellence rurale dont j'avais obtenu la création par le gouvernement auquel j'appartenais.

Le but était sans doute aussi de diffuser le message du nécessaire effort de la nation pour dynamiser la compétitivité des entreprises, qui appelle des réformes urgentes et franches.

Nous jugerons cette politique sur les actes et les résultats. Le marasme économique actuel ne doit rien à une prétendue politique d'austérité, qui n'existe en France que dans les fantasmes de ceux qui veulent voir distribuer à compte d'Etat des revenus que l'économie n' a pas produits. Il est dû avant tout à une politique économique qui a fortement aggravé les charges des entreprses et des ménages, cassé la confiance dans l'avenir, mis en cause l'investissement des collectivités publiques et provoqué une crise aiguë du bâtiment. Ceux qui ont fait cela déclarent aujourd'hui vouloir faire machine arrière pour renouer avec les entreprises, faire repartir l'investissement, la croissance et l'emploi. Nous n'allons pas nous en plaindre, puisque nous ne cessons de l'exiger depuis plus de deux ans. Mais il ne suffit pas de corriger les erreurs du début du mandat de M.Hollande pour créer un choc de compétitivité salutaire: nous ne ferions que revenir à la case départ! Il faut aller plus loin, plus vite et plus fort, frapper les esprits, et pas seulement ceux des militants de l'unversité d'été de La Rochelle, inverser la tendance, rétablir la confiance.

0 commentaires

mar.

02

sept.

2014

Le Conseil général à l'écoute des familles d'adultes handicapés

Ouest-France, 02.09.2014
Ouest-France, 02.09.2014
0 commentaires

lun.

01

sept.

2014

Conférence des territoires à Saint-Lô le 29 août dernier: l'avenir de nos territoires suspendu aux bouleversements voulus par le Gouvernement

Le Président Le Grand a réuni vendredi dernier la conférence des territoires, lieu de dialogue et de co-construction de projets entre le conseil général et les intercommunalités du département, en présence des services de l'Etat. Nous nous efforçons d'anticiper l'avenir en recherchant une plus grande mutualisation de nos moyens dans cette période de pénurie budgétaire et en réfléchissant à la possibilité d'élargir une politique contractuelle qui a fait ses preuves pour renforcer les responsabilités des intercommunalités et la présence du Département à leurs côtés.

Le contexte mouvant de nos interventions a été pris en compte: j'ai présenté l'état du projet de loi du gouvernement portant réorganisation des territoires pour que chacun ait à l'esprit l'ampleur des bouleversements en préparation.
Les routes, les collèges, les transports collectifs de voyageurs, les transports scolaires et l'action de développement économique (par exemple pour les énergies marines renouvelables ou le plan de dynamisation du Mortainais ) seront transférés à la nouvelle Région dès 2016. Celle-ci devrait réunir Basse et Haute Normandie. Sa capitale sera, au mieux, pour nous Bas-Normands, Caen, au pire  Rouen. A Saint-Lô subsistera le social, la poliitque contractuelle avec les intercommunalités, dotée malheureusement de moindres leviers, et la possibilité de poursuivre une action culturelle, touristique et sportive. Pour tout le reste, les décisions seront prises par une assemblée régionale élue au secrutin de liste, avec des candidats choisis par les grands partis, sans ancrage territorial. A peine constituées, nos nouvelles intercommunalités vont par ailleurs devoir se regrouper de nouveau selon une carte arrêtée au plus tard le 31 décembre 2015, et compter au moins 20 000 habitants au lieu de 5000. Ces intercommunalités ne pourront plus compter sur le relais des conseillers généraux, qui étaient bien identifiés par les élus et la population. Rien n'est prévu pour les communes qui voudraient prendre l'initiative de se réunir en fusionnant pour conserver l'exercice de compétences de proximité qui leur échapperaient dans le cadre intercommunal et qu'elles n'ont plus les moyens d'assumer seules.

La région elle-même sera mise en tutelle par l'Etat puisqu'elle devra se conformer à des schémas régionaux qu'elle élaborera mais qui seront approuvés par le préfet au nom de l'Etat. Ainsi, un nouveau centralisme super régional constituera le Cheval de Troie du grand retour du centralisme d'Etat. Ajoutons que ces schémas s'imposeront aux "schémas de cohérence territoriale" mis en place à l'échelle des Pays et au plan locaux d'urbanisme, ainsi à leur tour inscrits dans un gigantesque système de planification de l'utilisation de l'espace contrôlé par l'Etat.

Tel est le contenu précis du projet adopté par le conseil des ministres en juin dernier. La présentation que j'ai faite a donné lieu à des échanges très intéressants. Ce projet sera débattu par le sénat dès cet automne. Inspiré par une vision politique et technocratique que je ne partage pas car, au nom d'une mutualisation sans doute nécessaire, elle éloigne les décisions des lieux d'activité et de vie et déresponsabilise les élus et les citoyens engagés aux services de la collectivité, ce projet devra être profondément amendé. Elus de gauche et élus de la droite et du centre sont nombreux à partager mon état d'esprit à ce sujet.   

0 commentaires

lun.

01

sept.

2014

Comice agricole des cantons de Brécey et Saint-Pois

Avec les organisateurs du comice
Avec les organisateurs du comice

Comme chaque année, grâce à l'implication personnelle de MM. Lebouvier et Renault, le comice agricole Brécey-Saint-Pois s'est réuni la semaine dernière autour des éleveurs fidèles à nos concours agricoles, avec l'aide de leurs généreux sponsors. A noter cette année l'apparition d'un fort contingent de "Brunes de Savoie", réputées pour la qualité protéinique et l'abondance de leur lait ainsi que pour leur bonne résistance. Un concours cidricole a également été organisé. J'ai participé au jury!

0 commentaires

 

CONTACT


Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Suivez-moi sur Twitter : @BasPhilippe

La Lettre électronique de PHILIPPE BAS

Livre "Avec Chirac"

Enfance et Famille

Personnes âgées

Personnes handicapées

Jeunesse, sports et culture

Infrastructures et équipements

Flux RSS

Cliquez sur le logo pour vous abonner au flux RSS et être alerté de chaque nouvel article publié sur le site de Philippe Bas

Newsletter