Trois épreuves de vérité pour le nouveau pouvoir

François Hollande et Jean-Marc Ayrault: comment tourner le plus vite possible la page de la campagne?
François Hollande et Jean-Marc Ayrault: comment tourner le plus vite possible la page de la campagne?

François Hollande va connaître plus vite qu'aucun de ses prédecesseurs trois épreuves de vérité qui risquent de le mettre en contradiction avec ses engagements de campagne.

Il a déjà fait la première entorse à ces engagements en nommant un Premier ministre auquel a été infligé voici quinze ans une peine de prison avec sursis pour une affaire de favoritisme dans un marché public de communication de la Ville de Nantes, alors qu'il avait juré de ne faire entrer au Gouvernement aucune personnalité ayant subi une quelconque condamnation. L'honnêteté de Jean-Marc Ayrault n'était pas en cause, explique-t-on. Soit ! Pour autant, voici une promesse formelle  que François Hollande aurait pu ne pas faire et qui est violée dès le premier jour du quinquennat. Cela n'augure pas bien de l'avenir.

Plus importantes encore sont les trois autres épreuves de vérité qui arrivent dans les prochains jours et les prochaines semaines: la renégociation du pacte budgétaire européen; le retrait des troupes françaises d'Afghanistan; le rétablissement de la retraite à soixante ans.   

La renégociation du pacte budgétaire européen suppose l'accord de nos partenaires, au premier rang desquels l'Allemagne. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la première rencontre entre le nouveau président et la chancelière allemande n'a guère été encourageante. Il est facile de parler de la croissance. Il est plus difficile de la fabriquer. Une chose est certaine: on ne peut le faire en distribuant du revenu à compte d'Etat ni en ponctionnant les entreprises par une hausse excessive des salaires, qui se traduirait mécaniquement par une augmentation des prix des produits français, et donc par une baisse du pouvoir d'achat, par une hausse des importations et par une baisse des exportations. Nos partenaires ne peuvent que s'opposer à une telle évolution, aussi ruineuse qu'inutile pour l'économie et pour l'emploi. En revanche, il serait utile d'obtenir à côté du pacte budgétaire un accord européen sur un plan de relance des investissements publics, comme la France l'avait fait en 2008 avec le grand emprunt. Gageons qu'une avancée en ce sens permettrait à François Hollande de sortir la tête haute de l'impasse sans faire perdre la face à Angela Merkel. Mais il faudra payer: avec quel argent alors que l'Europe doit continuer à soutenir la Grèce et l'Espagne? Le volontarisme politique le plus sympathique ne suffit pas à résoudre les problèmes. Le problème des socialistes, ce n'est plus le mur de l'argent comme en 1936, c'est le mur de la réalité !

Sur l'Afghanistan, il faut bien comprendre qu'en dégarnissant le dispositif de l'OTAN un an avant l'achèvement de l'opération alliée, la France provoquera des répercussions en chaîne qui aggraveront la charge de ses partenaires. Cela ne peut que causer des difficultés supplémentaires dans une opération déjà délicate. L'absence de fiabilité de notre pays dans ses engagements internationaux sera à juste titre relevée, affaiblissant notre parole et donc notre influence dans les crises à venir. Comme tout se paie dans l'ordre diplomatique, je suis certain que le surcroît temporaire d'engagement qu'impliquera pour les Britanniques et les américains la position française devra donner lieu à des compensations. Là aussi, il faudra bien que François Hollande accepte le dur apprentissage de la réalité. Nos alliés ne nous ferons pas de cadeau et ils auront raison.

Enfin, s'agissant de la retraite à soixante ans, il va de soi que les attentes seront largement déçues: il faut s'attendre soit à une mesure cosmétique soit à des coûts élevés qui se traduiront par une hausse des prélèvements. On ne peut que souhaiter bon courage à Marisol Touraine et à Michel Sapin, les nouveaux ministres en charge du dialogue social et des affaires sociales pour qu'ils réussissent à tirer le Président de la République de ce mauvais pas en gérant l'atterrissage.  

 

CONTACT




Accédez au site : MaVieDansLaManche

 

La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"