Communiqué de presse : "le Gouvernement fait fausse route avec le mariage pour tous"

Communiqué de presse de Philippe Bas

Mercredi 7 novembre 2012

 

Ancien ministre de la famille, je tiens à dire avec gravité que le Gouvernement fait fausse route avec le mariage "pour tous"

  

Ancien ministre de la famille, je tiens à dire avec gravité que le projet de loi adopté ce matin en conseil des ministres sur le mariage "pour tous" est une réforme qui n'est ni pertinente ni adaptée aux réalités. Le mariage civil n'est pas un cadre approprié pour la famille homoparentale. C'est en réalité une solution de paresse et de facilité. Elle fait l'économie d'une réflexion sérieuse et objective sur l'homoparentalité.

 

Si l'on veut mieux reconnaitre l'homoparentalité, il faut le faire sur des bases vraies, en admettant sa spécificité et aussi ses limites. N'ayons pas peur de la vérité! Deux parents de même sexe ne peuvent remplacer le père ou la mère qui manquent à l'enfant. Quelles que soient leur entente, leurs qualités éducatives, l'amour qu'ils portent à l'enfant, celui-ci est et reste orphelin de père ou de mère. Ce n'est ni secondaire ni anodin! Et ce n'est pas en ignorant cette réalité, voire en la niant, que l'on peut fonder lucidement une homoparentalité respectueuse de l'enfant et vouée à son développement harmonieux.

 

Pour l'enfant, il ne peut y avoir d'équivalence entre le mariage d'une femme et d'un homme et le mariage de deux personnes de même sexe. Le mariage pour tous va donc créer plus de problèmes humains et de souffrances qu'il n'en résoudra.

 

Le Gouvernement doit revoir sa copie en veillant à ce que seul l'un des deux membres du couple ait la qualité de mère ou de père, le second se voyant appliquer un statut de belle-mère ou de beau-père dans un cadre d'union civile, qui peut être rapidement élaboré et adopté.

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Jean Michel B. (jeudi, 08 novembre 2012 22:02)

    Monsieur,

    Cette tribune est votre avis. Soit qu'il en ainsi, je ne partage pas votre avis.

    Depuis longtemps on entend les opposants nous prédire la plus grande immoralité avec un livret de famille qui portera les mots de parent 1 et parent 2.
    Pour information, je n'appele pas mes enfants "1er enfant" et "2nd enfant" comme il est inscrit sur le même livret.

    Dans une société où le taux de divorce explose, où les familles mono-parentales sont légions, allons nous devoir subir prochainement un projet de loi qui oblige la recomposition de ces familles ???

    Enfin, une petite pensée à l'ensemble de ces enfants qui sont nés (ou mal nés) dans ces familles où l'amour n'est pas présent au coeur du "domicile familiale" qui ressemble plus à un ring, quant eux mêmes ne servent pas de "putching ball", allez leurs parler de qualité éducative de la part de leurs parents.

    La société change ... pas nos élus, ce qui explique bien des choses quant au mal être de vos concitoyens.

  • #2

    Philippe Bas (jeudi, 08 novembre 2012 23:43)

    Merci Monsieur de contribuer à faire vivre ce site qui est ouvert à tous les points de vue pourvu qu'ils s'expriment, comme vous le faites, dans le respect des personnes.
    A vous lire, je me demande si mon communiqué était assez clair: je ne suis pas favorable au mariage de personnes de même sexe parce que la famille homoparentale, qui existe déjà dans notre société, doit reposer sur une vérité, pas sur une fiction: aucun enfant ne peut avoir deux pères et aucune mère, ni deux mères et aucun père, tout enfant élevé même avec amour par un couple uni à qui on voudrait le faire croire en souffrira car il y a là un manque au coeur de sa vie qui ne peut être comblé, même avec tout l'amour du monde.La solution la plus claire vis à vis d el'enfant me paraît être que les deux adultes soient liés par un contrat d'union civile, que l'un ait la qualité de père ou de mère avec la plénitude des attributions parentales, et que l'autre soit beau-père ou belle-mère, avec des responsabilités reconnues, mais n'essaie pas de se faire passer pour un deuxième père ou une deuxième mère. Je sui sprêt à travailler dans cette direction.
    Il va sans dire que je suis sensible aussi, tout comme vous l'êtes, à toutes les situations encore plus graves où des enfants grandissent sans amour dans des couples qui se déchirent, et que je ne souhaite en rien que l'on impose aux familles monoparentales une recomposiiton. Je dis juste que tout enfant orphelin d'un père ou d'une mère, ou abandonné de son père ou de sa mère, ressent au fond de lui une souffrance et que le législateur doit éviter de susciter par son intervention de nouvelles situations de ce type en installant des enfants dans un cadre juridique qui est une sorte de déni de ce manque.
    Mais je respecte aussi votre avis s'il est différent.

  • #3

    maryjean 2 (dimanche, 11 novembre 2012 10:36)

    Je respecte les différents avis, mais je trouve que le mariage doit rester ce qu'il est, un Père et une Mère de sexe différent, le pax était une bonne chose peut-être qu'il devait y avoir une amélioration dans certains articles? quel sera le nom de famille prioritaire pour les enfants, etc etc pour ma part cela reflète une société qui veut tout légaliser et où rien ne va plus plus, gardons les normalités et c'est le rôle de l'état de le faire, je suis triste d'entendre tout cela mais sachez que les différences ne me gênent pas car nous en avons parmi nos Proches que nous aimons et aussi nos Amis. Courage à vous Mr Bas pour défendre votre avis.

  • #4

    Jean-Christophe A. (mardi, 11 décembre 2012 00:05)

    Je respecte votre position qui a le mérite d'être largement plus respectueuse des homosexuels que ce que l'on entend généralement à l'UMP/RUMP.
    Néanmoins, je ne partage pas votre point de vue et j'estime que la société française se doit d'établir aujourd'hui l'égalité des droits entre tous les couples composés de 2 adultes consentants.

    Malheureusement, je ne comprends rien à la position de l'UMP/RUMP sur les questions de société et vos arguments manquent - me semble-t'il - parfois de cohérences.

    L'adoption par un célibataire est autorisée en France depuis 1966 sans que celà ne dérange personne. Mais alors 2 adoptants de même sexe, ouh là là quel horreur ...

    L'UMP/RUMP avait commencé à débattre d'un projet de statut du beau-parent en 2009, qui aurait pu correspondre à ce que vous dites. Et là patatra ! Votre collègue Mme Boutin avait commencé l'une de ces croisades dont elle a le secret (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/christine-boutin-non-a-la-primaute-de-la-famille-sociale_744558.html) pour faire capoter le projet (et tout l'UMP/RUMP lui avait emboîté le pas). Pourquoi n'aviez vous pas défendu ce projet à l'époque ?

    Pourquoi l'UMP/RUMP appelle-t-elle à manifester le 13 janvier, main dans la main avec les intégristes catholiques de Civitas, comme elle l'avait fait il y a 13 ans contre le PACS qu'elle encense aujourd'hui de toutes les vertus ? Ne craignez vous pas que dans 13 ans, vous aurez un peu honte de la position de votre parti en 2012 ?

    On aurait pu espérer en 2012 un débat plus serein qu'en 1999 mais malheureusement la radicalisation de la droite et de l'Eglise catholique semble nous mener vers un dialogue de sourds.

    Cordialement

  • #5

    Philippe Bas (vendredi, 14 décembre 2012 09:39)

    Merci Monsieur Jean-Christophe A. de votre contribution mesurée et courtoise.
    Sur l'adoption, il y a pour moi une grande différence entre l'adoption par un adulte vivant avec une personne de même sexe et l'adoption conjointe par deux adultes de même sexe. Dans le premier cas le deuxième adulte est un beau-parent, ce qui est une situation courante et bien connue, quel que soit son sexe. On peut consolider son rôle mais il n'y a pas d'ambiguïté: il peut bénéficier d'une délégation d'autorité parentale mais il n'exerce pas l'autorité parentale et ne peut se présenter à l'enfant comme un père ou une mère. En revanche, l'adoption conjointe de l'enfant par un couple de même sexe a pour effet de donner deux mères ou deux pères à l'enfant, ce qui est une construction du cœur et de l'esprit mais ne peut être la vérité. Or, l'enfant, pour se construire a besoin de vérité. Je ne crois pas qu'il soit possible de remplacer le père ou la mère qui manque à l'enfant par un deuxième adulte de même sexe que le parent... C'est un point de vue qui peut naturellement être discuté.
    Quant au PACS, je ne dais pas partie de eux qui estiment que c'est un bon dispositif: il ne bénéficie que marginalement aux homosexuels, sans régler leurs problèmes de réversion ou de succession, et pour les autres, il est infiniment moins protecteur du conjoint le plus vulnérable et des enfants et constitue une sorte de leurre qui ne se révèle que lorsque surviennent des difficultés familiales...il vaudrait mieux faire pour les homosexuels seuls un régime civil plus ambitieux et recommander le mariage pour les autres, comme cadre le plus favorable à la famille.

 

CONTACT




Accédez au site : MaVieDansLaManche

 

La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"