"Philippe Bas fait sa rentrée politique", Tendance Ouest et Manche Libre

Philippe Bas: pas d'énergies marines renouvelables sans nucléaire

Philippe Bas: pas d'énergies marines renouvelables sans nucléaire

Sénateur UMP de la Manche, Philippe Bas a effectué un tour d'horizon de l'actualité nationale et locale.

Sénateur UMP de la Manche, Philippe Bas a effectué un tour d'horizon des grands dossiers locaux.

Trains. "La décision d'entreprendre des travaux sur la tronçon Paris-Mantes la Jolie de la Ligne nouvelle Paris Normandie était nécessaire mais ne doit être qu'une étape."

Santé. "Il n'y a pas d'autre issue que de reconstruire le CHU de Caen ;  la situation est urgente : il faut une décision rapidement car à cause du CHU le système de santé bas-normand est fragilisé".

Les hydroliennes, c'est Sarkozy

Energies marines renouvelables. "C'est un exemple remarquable de continuité de Nicolas Sarkozy à François Hollande. Mais le modèle économique des énergies marines renouvelables n'est pas encore établi. A cause du prix élevé de l'électricité qui sera ainsi produite, elles ne peuvent exister sans parallèlement d'électricité nucléaire. D'où la nécessaire rénovation du parc de centrales."

Politique. "Le divorce est consommé entre la gauche de gouvernement et la gauche de revendication en raison des attentes déçues des électeurs de cette dernière". D'où sa crainte lors des prochaines municipales d'une forte abstention de la part de la gauche de la gauche et d'un déplacement des votes de gauche vers le Front National.

Municipales. Philippe Bas désapprouve les nouvelles règles du jeu, avec la difficulté à constituer des listes dans les petites communes. Quant aux élections départementales de 2015, s'il croit nécessaire le redécoupage des cantons, le mode de scrutin lui paraît"baroque" avec l'obligation de constituer des binômes de candidats homme-femme.

Cumul des mandats. Philippe Bas serait favorable au cumul d'un mandat national avec un seul mandat local, qui serait exercé à titre gratuit.


 

 

Tendance Ouest, mardi 1er octobre 2013

Philippe Bas fait sa rentrée politique

 

 

Les rentrées politiques se succèdent pour les parlementaires de la région. Chacun y va de sa conférence de presse pour aborder l'actualité nationale et locale. Après Guénahel Huet, il y a deux semaine, après Philippe Gosselin la semaine dernière, le sénateur Philippe Bas, s'est prêté à l'exercice cette semaine.

 

Le parlementaire manchois est d'abord revenu sur la visite présidentielle de lundi et les énergies marines renouvelables. "C'est un exemple remarquable de continuité de Nicolas Sarkozy à François Hollande. Mais le modèle économique des énergies marines renouvelables n'est pas encore établi. A cause du prix élevé de l'électricité qui sera ainsi produite, elles ne peuvent exister sans parallèlement d'électricité nucléaire. D'où la nécessaire rénovation du parc de centrales."

L'ancien ministre s'est également exprimé sur plusieurs sujets régionaux et notamment sur la Ligne Nouvelle Paris Normandie, estimant que "la décision d'entreprendre des travaux sur la tronçon Paris-Mantes la Jolie était nécessaire mais ne doit être qu'une étape". Il a également rappelé son engagement pour la ligne Paris-Granville, annonçant la venue à Granville de Guillaume Pépy, président de la SNCF, "au mois de décembre".

 

CHU, prison et municipales

A propos du CHU de Caen, "Il n'y a pas d'autre issue que de le reconstruire. La situation est urgente car le système de santé bas-normand est fragilisé". Enfin pour la prison à Saint-Lô, "le projet est abandonné et la ministre de la justice n'envisage pas de le relancer plus tard"

Sur un plan plus politique, le sénateur craint "une forte abstention de la part de la gauche de la gauche et un déplacement des votes de gauche vers le Front National lors des prochaines municipales". La faute selon lui au "divorce consommé entre la gauche de gouvernement et la gauche de revendication en raison des attentes déçues des électeurs de cette dernière".

Des municipales à propos desquelles, il a pointé du doigt la difficulté de constituer des listes dans les petites communes. Le conseiller général de Saint-Pois a par ailleurs déploré "le redécoupage des cantons pour les élections départementales de 2015 et le passage à un mode de scrutin 'baroque' avec l'obligation de constituer des binômes de candidats homme-femme.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

CONTACT




La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"