Assemblée générale de la FDSEA de la Manche sous le signe du parler vrai

Sébastien Amand, Président de la FDSEA de la Manche
Sébastien Amand, Président de la FDSEA de la Manche

L'Assemblée générale de la FDSEA de la Manche qui s'est tenue vendredi à Condé-sur-Vire sous la présidence de Sébastien Amand a été l'occasion de parler vrai.

La FNSEA avait placé son congrès national, réuni à Biarritz il y a quelques jours, sous le signe de la compétitivité. Un signal de courage et d'audace que j'aimerais voir partagé avec autant de netteté par notre pays dans son entier car à force de tergiversations sur notre politique économique, qui oscille depuis deux ans entre les hausses d'impôts massives et les baisses de charges cosmétiques, la France ne se met pas dans la position d'aborder de front les changements radicaux qu'exige le combat pour la croissance et pour l'emploi.

L'agriculture, si! Elle pèse lourd dans notre potentiel économique, dans le niveau de l'emploi national et dans notre balance commerciale avec l'étranger. Elle veut démontrer qu'elle ne fait pas dépendre sa prospérité principalement des aides européennes, même si celles-ci, qui représentent 11% des ressources de nos exploitations, restent indispensables à leur équilibre financier. On ne le dit pas assez, ce sont près de 90% des recettes qui dépendent des ventes de l'exploitation, et le revenu agricole dépend donc principalement des ventes et de la maîtrise des coûts de production. Pour développer le revenu agricole, il faut donc miser sut tout ce qui améliore la rentabilité, sur l'assurance contre la fluctuation des cours et sur un renforcement des producteurs, à travers leurs organisations, dans la négociaiton avec les transformateurs.

La complexité croissante du métier d'agriculteur, à la fois technique et financière, exige des qualifiactions sans cesse accrues.

Dans la Manche, avec la Chambre d'Agriculture, le Conseil général s'applique à renforcer les qualifications des agriculteurs pour les aider à moderniser leur activité, et donc à être plus compétitifs. Il participe aussi très activement à la politique d'installation, qui remporte d'importants succès dans notre Département, premier en France pour l'installation des jeunes agriculteurs. C'est heureux, car le vieillissement de l'agriculture est un problème national, avec une moyenne d'âge qui s'établit aujourd'hui à 50 ans.

Nous attendons des pouvoirs publics qu'ils clarifient rapidement pour chaque exploitation les conséquences de la réforme de la politique agricole commune, qu'ils résistent à la tentation de la surenchère, parfois démagogique, en matière de normes environnementales, en compensant au moins en partie le coût des investissements rendus obligatoires par la directive nitrates, et qu'ils n'exagèrent pas non plus les mesures prises au nom de la sécurité, pour ne pas entraver l'accueil d'apprentis et de stagiaires (interdiction de monter sur un escabeau...).

J'ajoute que la mesure que viennent d'adopter les députés pour mieux rémunérer les stagiaires devra impérativement être réexaminée si l'on veut que les entreprises agricoles puissent continuer à participer à la formation des jeunes.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

CONTACT




La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"