Elections européennes: la France en colère

Tenue du bureau de vote de Saint-Pois
Tenue du bureau de vote de Saint-Pois

Je ne crois pas que les Français soient jamais une majorité à vouloir que Mme Le Pen arrive aux affaires.

La plupart de nos concitoyens savent bien que Mme Le Pen ne détient pas la formule magique pour résoudre les problèmes de la France. Son programme d'autarcie et d'étatisation est en réalité un programme d'appauvrissement généralisé: l'essence plus chère, les déficits qui explosent, la dette payée en monnaie forte avec un franc faible jusqu'à l'épuisement des contribuables ou jusqu'à la banqueroute, les exportations qui s'écroulent parce que nos partenaires ferment leurs frontières en réponse à la fermeture des nôtres, la violation des traités internationaux et européens, la France en crise désignée dans le monde entier comme un foyer d'instabilité...

Il ne suffit pas de parler plus fort que les autres pour avoir raison! Et ce n'est pas parce que tout va mal qu'il faut s'arranger pour que ça aille encore plus mal!

Si les inhibitions tombent face au Front National, c'est parce que nombre de nos compatriotes ne peuvent plus supporter d'attendre; ce n'est pas parce que le Front National aurait compris avant les autres comment faire pour nous sortir de l'ornière.

Face à la démagogie socialiste, il y a désormais la super-démagogie frontiste: plus c'est gros, mieux ça passe! Le fond de commerce électoral du Front National, ce ne sont pas des propositions sérieuses, c'est la contestation de tout, la dénonciation de complots imaginaires, l'attente de chevaliers blancs ayant des solutions "clés en mains" imparables, que seule l'incompétence et la collusion des gens au pouvoir avaient jusqu'à présent empêché d'appliquer.

Il est facile de rallier à soi les mécontents dans un pays qui souffre. Il est beaucoup plus difficile de gouverner.

La France, si prompte à s'exaspérer quand tout va mal plutôt qu'à se rassembler dans l'effort, est en proie à des démons qui accompagnent depuis longtemps sa vie politique: les ligues des années trente, le parti communiste du temps de la guerre froide, les poujadistes en 1956... combien de mouvements populaires coupeurs de têtes ont explosé en se nourrissant d'antiparlementarisme quand les difficultés assaillaient notre pays? Mais aucun n'a jamais réussi à accéder au pouvoir car il s'est toujours trouvé une grande majorité de Français pour avoir la prudence, la sagesse et le bon sens d'y faire obstacle. Le Peuple français n'a finalement jamais cru aux marchands de colère.

Si le Front National est arrivé si largement en tête, avec un score de 25% jamais atteint ni même approché, c'est parce qu'un nombre croissant de Français, ne voyant venir aucune amélioration de leur situation personnelle ni de celle du pays, ont voulu faire entendre leur colère contre le pouvoir actuel et dire leur doute à l'égard de l'opposition.

La démocratie est un régtime politique qui ne peut reposer que sur la confiance des citoyens à l'égard des élus. Or, c'est une défiance profonde qui s'est exprimée dans les urnes, défiance à l'égard des partis de gouvernement, PS avec 14% des voix, UMP avec 21% des suffrages, défiance envers l'Europe aussi.

Cette défiance est aussi une manière de poser une exigence, et même plusieurs exigences, à l'égard de la démocratie et de ceux qui gouvernent:

- exigence d'honnêteté, de sincérité, d'exemplarité et de désintéressement pour les responsables politiques;

- exigence de compétence, de sérieux, de réalisme dans les projets des partis politiques et de leurs candidats, sans raconter d'histoires;

- exigence de résultats pour le chômage, le pouvoir d'achat, la sécurité et la maîtrise de l'immigration;

- exigence d'efficacité, de lisibilité, de rapidité et de souplesse d'action pour l'Europe, une Europe qui doit réussir à être plus protectrice tout en devenant aussi plus conquérante sur les marchés porteurs de croissance et d'emploi.

Pour moi, le travail de préparation de l'alternance démocratique commence aujourd'hui. C'est à la droite républicaine et au centre de s'unir pour proposer un projet crédible de redressement de notre pays, qui n'est pas condamné au déclin. La question des hommes et des femmes qui devront le porter ne se posera qu'ensuite.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

CONTACT




Accédez au site : MaVieDansLaManche

 

La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"