Conférence-débat sur la politique de santé à Orléans

J’étais ce mercredi l’invité d’un débat sur la politique de santé organisé par la Mutualité française à Orléans. J’ai insisté sur cinq points essentiels :

 1. La sécurité sanitaire et la prévention, parent pauvre du système de santé français qui n’y consacre que 2.7% de dépenses de santé : il est essentiel que les décisions de sécurité sanitaire reposent sur une expertise indépendante.

Il est toujours plus difficile d’inquiéter que de rassurer. Il faut éviter dans ce domaine des décisions de nature politique qui court-circuiteraient les institutions chargées d’évaluer les risques et conduiraient à freiner l’innovation sans améliorer la sécurité.

 

Suite de l'article

2. L’accès aux soins : avec une sécurité sociale qui couvre les ¾ des dépenses de santé, la couverture maladie universelle, l’aide à l’acquisition d’une couverture complémentaire et l’aide médicale d’Etat, nous avons l’un des meilleurs systèmes d’accès aux soins des pays développés. Pourtant, il est vrai que les difficultés sociales, familiales et personnelles de beaucoup de Français font obstacle à leur bon accès aux soins. Je refuse cependant le tiers payant généralisé voulu par Marisol Touraine, ministre socialiste de la santé : la solution est dans les politiques d’accompagnement des personnes pour leur accès aux droits, mais pas dans une gratuité totale, déresponsabilisante.

 

3. La qualité des soins : la France est première au classement de l’Organisation mondiale de la santé. Pour le rester, elle doit absolument rétablir un bon maillage territorial de l’offre de soins, car celui-ci est en train de se déliter.

 

4. La résorption du trou de la sécurité sociale : il ne représente que 10% des déficits publics contre 90% pour les dépenses de l’Etat, mais il appelle des efforts constants des médecins, des patients et des hôpitaux pour éviter une politique de déremboursements qui ne résoudrait pas le problème de la dérive des dépenses de santé. C’est d’une gestion rigoureuse et responsable que nous avons besoin !

 

5. Mieux prendre en compte la dépendance des personnes âgées : notre société s’honorerait de ne pas laisser en l’état la prise en charge des personnes âgées dépendantes qui malgré les effets du plan solidarité grand âge lancé en 2006 à mon initiative, est aujourd’hui à bout de souffle. La France épuisée par la crise économique doit trouver en elle-même l’énergie nécessaire pour que la solidarité s’exprime en faveur de nos anciens en détresse.

 

La République du Centre, 26.06.2014
La République du Centre, 26.06.2014

 

CONTACT




Accédez au site : MaVieDansLaManche

 

La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"