Le ministre de l'économie à Mortain: je prèfère un ministre qui aime les entreprises plutôt que le contraire, pourvu qu'il agisse vite et fort

Emmanuel Macron accueilli à son arrivée à Romagny (d.r. lesnouveautés.fr)
Emmanuel Macron accueilli à son arrivée à Romagny (d.r. lesnouveautés.fr)


Le choix du nouveau ministre de l'économie de venir à Mortain était judicieux. Par delà l'habileté consistant pour Emmanuel Macron à tenter de corriger son image libérale auprès des militants de gauche en montrant, un an après Benoît Hamon, son intérêt pour l'économie sociale (l'ACOME est une coopérative "ouvrière"), il a pu ainsi mettre en valeur une entreprise présente sur quatre continents, à la pointe des technologies nouvelles en matière de fibre optique, et qui contribue à faire évoluer son environnement à travers une forte implication aux côtés de la communauté de communes présidée par Serge Deslandes au sein de Novéa, association de formation aux métiers des nouvelles technologies de l'information mise en place en 2006 dans le cadre du pôle d'excellence rurale dont j'avais obtenu la création par le gouvernement auquel j'appartenais.

Le but était sans doute aussi de diffuser le message du nécessaire effort de la nation pour dynamiser la compétitivité des entreprises, qui appelle des réformes urgentes et franches.

Nous jugerons cette politique sur les actes et les résultats. Le marasme économique actuel ne doit rien à une prétendue politique d'austérité, qui n'existe en France que dans les fantasmes de ceux qui veulent voir distribuer à compte d'Etat des revenus que l'économie n' a pas produits. Il est dû avant tout à une politique économique qui a fortement aggravé les charges des entreprses et des ménages, cassé la confiance dans l'avenir, mis en cause l'investissement des collectivités publiques et provoqué une crise aiguë du bâtiment. Ceux qui ont fait cela déclarent aujourd'hui vouloir faire machine arrière pour renouer avec les entreprises, faire repartir l'investissement, la croissance et l'emploi. Nous n'allons pas nous en plaindre, puisque nous ne cessons de l'exiger depuis plus de deux ans. Mais il ne suffit pas de corriger les erreurs du début du mandat de M.Hollande pour créer un choc de compétitivité salutaire: nous ne ferions que revenir à la case départ! Il faut aller plus loin, plus vite et plus fort, frapper les esprits, et pas seulement ceux des militants de l'unversité d'été de La Rochelle, inverser la tendance, rétablir la confiance.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

CONTACT




Accédez au site : MaVieDansLaManche

 

La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"