Archives actualités janvier 2011

jeu.

27

janv.

2011

Interview de Philippe Bas : "ma nomination à la présidence de l'ANSES"

Ma nomination à la présidence de l’Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement et santé :

 

J'ai été ministre de la santé, mais je me suis occupé de sécurité sanitaire longtemps avant. En 1993, j'ai été chargé par Simone Veil de la réorganisation de la transfusion sanguine après le scandale du sang contaminé. En 1996, j'ai fait décider l'interdiction de l'amiante, avec Jacques Barrot. Et aux côtés du Président Chirac, depuis l'Elysée j'ai eu à combattre les lenteurs du Gouvernement Jospin dans la crise de la vache folle, pour rétablir la confiance. Peut-être François Fillon, avec qui j'ai travaillé quotidiennement pendant les années Chirac et dont je suis resté proche, s'en est-il souvenu... Il souhaite que je veille à l’unité des positions des ministères associés à l’agence : agriculture, santé, environnement, travail, et il m’a dit, comme les ministres concernés, avoir besoin d’un président ayant l’autorité nécessaire.

 

Cela va-t-il m’éloigner de la Manche ?

 

Certainement pas: j'ai donné la priorité à la Manche et c'est définitif. L’Agence est dirigée au quotidien par un excellent Directeur Général. Je présiderai le conseil d'administration tous les deux mois, fixerai les orientations stratégiques, et contrôlerai l’exécution des décisions. Mais je n’exercerai aucune fonction exécutive. J’ai libéré le temps nécessaire en abandonnant la présidence de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, que j’ai assumée pendant trois ans avec passion.

 

Est-ce utile pour nos problèmes de santé-environnement ?

 

Je n’ai pas l’intention de mélanger les genres, ni d’utiliser une mission nationale à des fins locales. Je ne l’ai jamais fait. Je veillerai néanmoins à ce que l’Agence assume pleinement sa mission d’expertise au service de la santé, ici comme partout en France, de manière indépendante et scientifique. C’est d’ailleurs sa seule légitimité. J’aurai certainement l’occasion de m’exprimer de nouveau sur ces questions !

Sur chacun des dossiers locaux d’environnement, mes positions sont constantes et l’action se poursuit, avec les associations et les élus. C’est moi qui ai demandé que le Conseil général exige une enquête scientifique indépendante sur les effets éventuels de la THT sur la santé humaine et animale. Je suis le premier à avoir pris position contre la destruction des barrages de la Sélune. Et je n’ai pas approuvé la création du centre d’enfouissement de Cuves. Saint-Pois, à la différence d’autres communautés de commues du Sud Manche, dont je respecte la décision, a d’ailleurs décidé d’opter pour une solution plus respectueuse de l’environnement en adhérant au syndicat mixte du Pointfort, qui recycle 45% des déchets collectés. C’est tout de même plus propre ! Quant à la malheureuse affaire du troupeau d’Isigny-le-Buat, je la trouve en tous points lamentable. Il y avait à coup sûr moyen d’agir autrement. On n’est pas au Far-West, tout de même !

 

 

jeu.

27

janv.

2011

Philippe Bas nommé Président de l'ANSES

Philippe BAS, conseiller d'Etat, présidera le conseil d'administration de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail-ANSES

 

ven.

21

janv.

2011

Création du cercle de réflexion Sud Manche Avenir

article Manche Libre, 22.01.2011
article Manche Libre, 22.01.2011

 

CONTACT




Accédez au site : MaVieDansLaManche

 

La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"