Archives Actualités mai 2011

ven.

27

mai

2011

Jacques Barrot à Granville pour l'Europe

Jacques Barrot à Granville: un Européen de conviction et de passion
Jacques Barrot à Granville: un Européen de conviction et de passion

Jacques Barrot a tenu à être présent à Granville les 26 et 27 mai pour célébrer le vingtième anniversaire du "douzelage", formidable initiative des Européens de Granville pour faire l'Europe au quotidien en empruntant les chemins de la connaissance mutuelle et de l'amitié. Ce ne sont plus douze villes d'Europe qui se sont unies mais déjà vingt-quatre et bientôt vingt-sept: autant que de pays-membres.

C'est ainsi que l'Europe cessera d'être un objet politique un peu lointain et abstrait pour devenir une réalité humaine profonde et définitive, un nouvel ensemble forgé par la volonté des peuples et taillé à la mesure des Etats-continents que sont la Chine, l'Inde, la Russie, le Brésil ou les Etats-Unis, nos grands concurrents dans le monde, que nous ne devons pas aborder en ordre dispersé si nous voulons compter, défendre nos intérêts, faire partager nos valeurs.

Suite en cliquant sur "plus d'infos"

Jacques Barrot: grand parlementaire, grand ministre, grand Européen... et grand ami!
Jacques Barrot: grand parlementaire, grand ministre, grand Européen... et grand ami!

Comme toujours, Jacques Barrot était porteur d'un message d'avenir!

Citant le Père Fondateur de l'Europe, Jean Monnet, il a situé l'ambition que nous devons avoir face aux désordres de la mondialisation et à la crise financière internationale: "Nous concevons l'Europe comme un modèle pour organiser un jour le gouvernement du monde!" Belle utopie qui ne se réalisera pas avant longtemps malgré les efforts du récent G8 de Deauville, ...mais le monde n'avancera pas sans de grands projets portés par des hommes de volonté et de bonne volonté.

Jacques Barrot n'a pas manqué de mettre en garde contre les dangers du populisme qui se répand comme une traînée de poudre partout en Europe. C'est la tentation de la régression face aux frustrations et aux souffrances nées de la crise économique, mais pas seulement. C'est aussi le produit de la démagogie et du manque de courage politique quand on préfère flatter les bas instincts et les mauvais penchants des gens au lieu de pratiquer le dialogue, l'écoute et la pédagogie de l'action.

Jacques Barrot met tous ses espoirs dans la jeunesse, évoquant le volontariat européen, qui concerne aujpourd'hui 50000 jeunes Européens, souhaité une articulation avec le nouveau service civil créé en France et fixé l'objectif: l'Afrique et son développement, notre horizon commun pour le progrès de l'humanité. Soyons généreux et ambitieux a-t-il semblé dire à la jeunesse!

Enfin, il a promis de tout faire pour que Granville, qui le mérite bien, reçoive le label de Ville Européenne en reconnaissance de son action remarquable pour l'Europe à travers ce magnifique réussite qu'est le Douzelage.

Neuf ans ministre, près de quarante ans parlementaire et président de groupe, vingt-cinq ans président de conseil général, longtemps maire, six ans vice-président de la Commission de l'Union Européenne, aujourd'hui membre du Conseil Constitutionnel, Jacques Barrot n'a pas seulement une expérience hors du commun, c'est aussi un grand humaniste, un homme de coeur en même temps qu'un homme d'action, ...bref, ce que la France a produit de mieux pour conduire les affaires publiques avec autorité, compétence, discernement et sincérité.

Nous avons besoin aujourd'hui de beaucoup d'autres Jacques Barrot!

2 commentaires

mar.

17

mai

2011

Rencontres régionales sur la dépendance à Caen

Avec Marie-Anne Montchamp, Secrétaire d'Etat, et Jean-Yves Cousin, Député de Vire, aux rencontres régionales de Caen sur la dépendance
Avec Marie-Anne Montchamp, Secrétaire d'Etat, et Jean-Yves Cousin, Député de Vire, aux rencontres régionales de Caen sur la dépendance

De nouveau, la dépendance était à l'ordre du jour à l'occasion des rencontre régionales organisées à l'initiative du Gouvernement à Caen le 17 mai. Marie-Anne Montchamp, Secrétaire d'Etat aux Solidarités, était là. Elle s'est exprimée avec chaleur et humanité, et elle a montré une parfiate maîtrise de ce difficile dossier. Mais l'heure n'était pas au dévoilement des propositions du Gouvernement, qui était surtout là pour écouter témoignages et propositions.

Je n'ai pas manqué de rappeler mes positions: la solidarité, qui renforce le lien social entre tous les Français, plutôt que l'assurance obligatoire qui organise le chacun pour soi. Dans les périodes de crise économique et sociale, nous devons plus que jamais démontrer notre capacité à ne laisser personne sur le bord de la route. Or, aujourd'hu,i la dépendance du grand âge coûte de plus en plus cher (1800 euros par mois sont une moyenne en maison de retraite) et ainsi son financement repose essentiellement, à hauteur de près de 60% du coût total (qui est d'environ 3000 euros), sur la personne âgée et sa famille.

 

Une assistance' nombreuse pour partager expériences et propositions
Une assistance' nombreuse pour partager expériences et propositions

 Il vaut mieux cotiser d'une manière ou d'une autre que de voir cette lourde charge faire irruption au soir de sa vie sans s'y être préparé. Tout y passe dans les familles modestes: la retraite, le livret de caisse d'épargne et ensuite l'appel aux enfants ou à l'aide sociale. Ce n'est plus supportable! Vivement que la réforme, qui serait la dernière grande réforme de ce quinquennat apporte justice et soulagement aux familles éprouvées par la perte d'autonomie de l'un des leurs!

La perte d'autonomie au dernier âge de la vie ne doit pas être le seul risque social que notre République demeure incapable de répondre par un surcroît de solidarité, comme elle a su le faire pour la santé, la retraite ou l'indemnisation du chômage au fil des décennies.

Ce qui fait la force d'une société, c'est son dynamisme économique, sans lequel auucn progrès social ne serait possible. C'est aussi sa capacité à ne laisser personne sur le bas côté de la route dans une époque de grands bouleversements où tout s'accélère. 

2 commentaires

lun.

16

mai

2011

Brécey: hommage aux pompiers à l'occasion du départ en retraite de l'un d'eux

le Caporal Jahu avec son épouse, les élus et les officiers des sapeurs-pompiers
le Caporal Jahu avec son épouse, les élus et les officiers des sapeurs-pompiers

Vendredi 13 mai à BRECEY, nous étions réunis autour de Claude Jahu, sapeur-pompier volontaire, promu caporal à l'occasion de sa retraite du corps départemental après trente-six ans de services et trois blessures en opération. La cérémonie était émouvante car elle a permis de revivre tout ce qui fait l'engagement d'un sapeur-pompier volontaire:
-la joie de secourir des concitoyens en péril grave et la fraternité au sein de la brigade, où l'on partage les memes épreuves;
- mais aussi les contraintes, même si elles sont librement consenties: disponibilité, danger, sacrifices imposés à soi-même et à sa famille, inquiétude permanente à la pensée de la sirène qui peut retentir à tout moment, et qui ne laisse pas de paix jour après jour pendant des années...
Claude Jahu était chaleureusement entouré de sa famille et de ses camarades. Le lieutenant-colonel directeur adjoint du service départemental était là. L'hommage de l'Officier supérieur au Caporal était pétri d'humilité, de respect et de reconnaissance: il a su s'incliner et s'effacer devant la vérité et la sincérité, le courage et le dévouement d'un engagement bénévole exceptionnel au service des autres. Un chef remarquable marquant son estime à tous ses hommes à travers l'un d'eux!

0 commentaires

dim.

15

mai

2011

Le Marité à Granville: faire revivre l'épopée des terre-neuvas

On ne pouvait imaginer meilleure situation que le port de Granville pour Le Marité. Sa présence à quai vient rappeler la glorieuse épopée des terre-neuvas de Granville et de Saint-Malo depuis le XVIIème siècle, avec son apogée quelques années avant la Révolution française, avec près de 5000 marins embarqués pour cette pêche dans les eaux froides du grand nord. Cette vie rude, plus tard délaissée pour l'agriculture, a laissé une emprunte profonde sur le caractère entreprenant et bien trempé des Granvillais. Et si les pêcheurs granvillais ne traversent plus l'Atlantique, la tradition de la pêche demeure, aujourd'hui représentée par la pêche artisanale, faisant de Granville le premier port français pour le bulot.

En amarrant le Marité à Granville, c'est un symbole puissant que nous installons au milieu du port. Il ancrera l'avenir touristique de Granville dans son histoire.     

N'oublions pas que la grande aventure de la pêche à la morue, plusieurs mois durant loin des siens dans des contrées subpolaires, si elle a rendu célèbres dans le monde entier nos terre-neuvas, était aussi pour tous ceux qui y prenaient part une épreuve de souffrances et de privations, avec des risques énormes auxquels beaucoup succombaient: maladie, noyade, froid, mauvaise alimentation, épuisement physique et moral et parfois violences à bord... En faisant du Marité le symbole de notre histoire, lieu de patrimoine, navire de prestige, nous n'oublierons pas qu'il est aussi le dernier témoin de cette vie si rude dont il faudra apprendre à faire partager le souvenir à nos enfants et à nos visiteurs. 

Lire la suite 0 commentaires

dim.

15

mai

2011

Samedi 14 Mai: la musique et la Grèce à l'honneur au Petit-Celland

Elisa Vellia: une grande artiste au Petit-Celland
Elisa Vellia: une grande artiste au Petit-Celland

Samedi 14 mai, nous étions invités à 20h30 au Petit-Celland à un concert gratuit donné par une jeune femme de grand talent, Elisa Vellia, harpiste, chanteuse et compositeuse venue de Grèce et habitant la Bretagne. Loin de la Méditerranée, elle a répondu à l'appel de l'Océan pour la nouvelle Odyssée à laquelle elle convie son public, qui l'a chaleureusement applaudie.

C'était à l'occasion des "Nocturnes du Patrimoine", qui ont vu fleurir les initiatives dans notre monde rural. la municipalité du Petit-Celland et son maire, François Serrant et l'association locale de sauvegarde du patrimoine avaient organisé les choses avec l'aide de la communauté de communes que préside Bernard Tréhet, et nous avons été transportés dans la chaleur des îles grecques le temps d'une soirée avant de partager un repas froid.

A Saint-Michel de Montjoie, où nous somes arrivés vers 23 heures, une démonstration nocturne de taille de granit a accueilli une cinquantaine de visiteurs au Musée du granit, qui ne cesse de renouveler ses animations. Là aussi, l'alliance des bénévoles, de la municipalité animée par Josseline Ozenne et du service des musées du Département a permis de rendre vivante une tradition ouvrière qui s'éteint.

le public était nombreux dans l'église du Petit Celland
le public était nombreux dans l'église du Petit Celland

Notre Département a une politique culturelle ambitieuse: nous sommes parmi les dix premiers en France pour l'importance des crédits que nous consacrons par habitant à cette politique, dont Patrice Pillet, qui a une grande expérience de ce domaine, est chargé à mes côtés. Mais je tiens à souligner qu'au-delà des grands projets culturels et des grandes manifestations, ce sont ces initiatives réussies venant de nos communes rurales qui permettent à la vie culturelle de rayonner sur tout notre territoire, répondant à un intérêt et à une curiosité bien réels des habitants.

Cela doit faire réfléchir tous ceux qui, emportés par leurs théories, voient trop grand et voudraient que nos communes rurales fusionnent à tout va.Ne soyons pas les fossoyeurs de la ruralité: elle est bien vivante et veut garder sa vitailité, sa convivialité et sa qualité de vie!

0 commentaires

ven.

13

mai

2011

Montebourg: les travailleurs handicapés ont obtenu l'ouverture de nouveaux ateliers

montage de pièces électriques par un travailleur aveugle
montage de pièces électriques par un travailleur aveugle

Impressionnante inauguration le 13 Mai pour les nouveaux ateliers de l'établissement de travail protégé (ESAT) de Montebourg: les habitants de Montebourg s'étaient déplacés nombreux pour partager la joie de leurs concitoyens handicapés en visitant leur nouvel outil de travail.
Montebourg donne l'exemple d'une commune ouverte aux différences, qui a compris l'apport irremplaçable des personnes handicapées par leur travail et leur participation à la vie de la cité. C'est si vrai que les habitants de la commune ont élu au conseil municipal deux travailleurs de l'établissement de travail protégé. Reste à réaliser le projet de l'ESAT pour les années à venir: permettre aux travailleurs retraités de garder le lien avec le foyer qui les a accueillis pendant leur activité professionnelle en mettant à leur disposition logements et services dans Montebourg, afin d'organiser la continuité de leur vie dans un même environnement humain. Je m'y suis engagé.

0 commentaires

mer.

11

mai

2011

Laurent Wauquiez a parlé trop vite!

Le Ministre des affaires européennes aurait dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche
Le Ministre des affaires européennes aurait dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche

Laurent Wauquiez vient de provoquer un tollé en proposant:

  • que les allocataires du RSA soient tenus de travailler quelques heures par semaine pour la collectivité en contrepartie de leur allocation;
  • que le revenu maximal des prestations d'un allocataire ne puisse jamais dépasser 75% du SMIC;
  • que les étrangers n'aient accès aux prestations qu'après cinq années de travail régulier en France.

Droite et gauche sont d'accord pour préférer le travail à l'assistance. Les propositions de Laurent Wauquiez auraient donc pu être bien accueillies dans leur principe s'il les avaient travaillées de manière plus approfondie et formulées avec davantage de précautions et de nuances.

D'où vient qu'elles ont au contraire été massivement rejetées à gauche comme à droite,  et par le Premier ministre et le Président de la République eux-mêmes? Sans doute du fait qu'elles méconnaissent gravement certaines réalités économiques et sociales qu'elles contribueraient à aggraver. Chacun connaît des allocataires qui semblent abuser de la situation. Mais l'arbre de la paresse et de la fraude ne peut cacher la forêt du chômage de longue durée. Beaucoup veulent à tout prix en sortir sans parvenir à retrouver du travail. Si c'était si facile, nous le saurions depuis longtemps! 

 

SUITE: cliquer sur "plus d'infos"

Avec le RSA, on est bien loin du SMIC
Avec le RSA, on est bien loin du SMIC
  1. On peut offrir à un allocataire du RSA en très grande difficulté par rapport à l'emploi un travail de réadaptation de quelques heures par semaine dans une commune volontaire qui serait aidée à le faire: c'est une piste à creuser; on peut aussi sanctionner un allocataire qui sans raison valable refuserait un emploi qui lui serait proposé; mais obliger indistinctement tous les allocataires à une sorte de travail forcé et gratuit en contrepartie de leur alllocation ne rime à rien. Certains doivent être en formation, d'autres en soins, d'autres prendre un emploi aidé... Il y a de multiples situations différentes à traiter, en exigeant de chacun ce qu'il peut donner et en lui apportant ce qui lui est nécessaire pour redémarrer.
  2. Limiter à 75% du SMIC le revenu familial d'un allocataire avec trois enfants ayant des allocations familiales et une allocation de logement appauvrirait la famille, aggraverait les situations d'exclusion, et n'aiderait ni n'inciterait personne à retrouver un emploi.
  3. Quant à la situation des étrangers, c'est un principe élémentaire que celui qui paie des cotisations parce qu'il travaille en situation régulière a les mêmes droits sociaux que les autres travailleurs. Raccompagnons les irréguliers à nos frontières, mais respectons les droits des réguliers, c'est la tradition de la République!

Voilà pourquoi je veux dire à mon ami Laurent Wauquiez ce que ma chère mère m'a souvent répété: il faut toujours tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. 

3 commentaires

jeu.

05

mai

2011

Entretien avec La Manche Libre (5 mai 2011)

Dans l'entretien publié par La Manche Libre le 5 mai, je dis ma volonté de faire l'unité et de travailler en équipe. Ce sera aux grands électeurs de décider, en choisissant parmi les candidats les trois Sénateurs qu'ils estimeront les plus qualifiés pour défendre la Manche et soutenir les ambitions et les projets de notre Département. J'ai toute confiance dans leur choix.

Lire l'interview: cliquer sur "plus d'infos"

La Manche Libre - 5 mai 2011
La Manche Libre - 5 mai 2011
4 commentaires

mer.

04

mai

2011

Sénat: ma décision est prise

Les maires- ici à leur congrès annuel- et les délégués des communes forment l'essentiel des "Grands Electeurs" pour l'élection des Sénateurs
Les maires- ici à leur congrès annuel- et les délégués des communes forment l'essentiel des "Grands Electeurs" pour l'élection des Sénateurs

Comme il se doit, j’ai réservé la primeur de ma candidature à l’élection sénatoriale de septembre aux élus de la Manche. Je viens de leur écrire. Je vais maintenant partir à la rencontre du plus grand nombre d’entre eux jusqu’à cet été.

J'ai l'esprit d'équipe. Je souhaite l'union la plus large avec des femmes et des hommes de bonne volonté, honnêtes et capables. Notre responsabilité est que se forme une équipe de trois Sénateurs compétents, avec des qualités complémentaires.

Je suis prêt à travailler avec tous. Jean Bizet, bien sûr. Mais aussi Jean-Louis Valentin, Anne-Marie Cousin, François Digard... et sans doute bien d'autres encore, qui y pensent sans s'être encore exprimés ! Beaucoup sont des personnes que j'estime et j'ai même de l'amitié pour la plupart d'entre eux. La Manche ne manque pas de compétences et de talents ! J'ai fait part de ma disponibilité et de mon ouverture. A chacun de se déterminer!

 Je suis prêt à faire équipe avec les partenaires qui auront la capacité d'apporter le plus à notre Département: aller au Sénat n'est pas une récompense, c'est un engagement et cela implique l'obligation de se donner à fond pour la Manche, afin de la défendre, de soutenir ses ambitions et de faire aboutir les projets des élus.

En attendant que les choses se décantent, je vais pas à pas faire mon chemin, en veillant à me tenir soigneusement à l'écart de la mêlée. C'est maintenant le temps de la rencontre et de l'échange. 

J’ai dit aux élus que, de mon point de vue, le départ du Sénat de Jean-François Le Grand est un appel à un profond renouvellement pour préparer l’avenir de la Manche, en essayant de sortir des sentiers battus. Il nous a ouvert la voie.

Chacun des trois Sénateurs qui seront élus le même jour représentera toute la Manche. Il n’y a pas de circonscription sénatoriale comme pour les Députés. La loi a préféré un système ouvert plutôt qu’un système cadenassé par des arrangements politiques locaux ou partisans. Seule comptera la valeur des femmes ou des hommes qui seront candidats (...)

Débat au Sénat en Commission avec Jean-Jacques Hyest, président de la Commission des Lois, et Nicolas About, alors Président de la Commission des Affaires sociales
Débat au Sénat en Commission avec Jean-Jacques Hyest, président de la Commission des Lois, et Nicolas About, alors Président de la Commission des Affaires sociales

Dans ma lettre, j’ai rappelé que, âgé de 52 ans, marié, père de quatre enfants, je représente au Conseil Général le canton rural de Saint-Pois, dont je partage la vie. L’assemblée départementale m’a accordé sa confiance en m’élisant vice-président en charge de l’éducation, de la culture, des sports et des solidarités, qui comprennent l’enfance, la famille, les personnes âgées, les personnes handicapées et l’insertion. A ce titre, j’ai aujourd’hui la responsabilité de plus de 60 % du budget départemental.

J’ai aussi mentionné mon expérience nationale. J’ai notamment été Secrétaire Général de l’Elysée sous la Présidence de Jacques Chirac puis Ministre en charge des Solidarités et Ministre de la Santé et des Solidarités. Cette expérience nationale, je la mets à la disposition des élus et des citoyens qu'ils représentent, avec tous mes contacts, pour défendre notre Département, soutenir les projets des collectivités et contribuer de mon mieux à préparer notre avenir.

 

Si les grands électeurs m’accordent leur confiance, je porterai la voix de la Manche avec autorité et détermination dans une assemblée que je connais bien et qui me connaît aussi. J’exprimerai à sa tribune des convictions fermes, celles de la droite républicaine et sociale et du centre droit, que partagent beaucoup de Manchois. Je le ferai dans un esprit de dialogue avec tous ceux qui partagent nos valeurs républicaines. Et j’agirai dans la Manche comme j’en ai l’habitude, sans jamais me préoccuper de l’étiquette politique des élus qui me demanderont de les aider à faire aboutir leurs projets au service de tous nos concitoyens.

5 commentaires

lun.

02

mai

2011

La lecture: un besoin vital, un plaisir!

A Marchésieux, c'est la réhabilitation de l'ancien presbytère qui a permis l'installation d'une médiathèque à taille humaine très accueillante
A Marchésieux, c'est la réhabilitation de l'ancien presbytère qui a permis l'installation d'une médiathèque à taille humaine très accueillante

A Cherbourg le 14 avril, à Saint-Sauveur-le-Vicomte le 21, à Marchésieux le 2mai, j’ai pu me rendre compte du dynamisme de nos communes pour mettre à la disposition des lecteurs un cadre agréable, lumineux, confortable pour lire, emprunter livres, DVD et CD, recevoir les enfants des écoles, organiser des séances de lecture, de théâtre ou de contes autour de l’écrit.

La bibliothèque départementale de prêt du conseil général ajoute aux collections du réseau des bibliothèques et des médiathèques de la Manche les ouvrages qu’elle détient ou commande spécialement à leur demande, et le conseil général subventionne les installations. Cela donne de très bons résultats. A chaque fois qu’une nouvelle réalisation voit le jour (nous en avons plus de quatre-vingts dans la Manche), on voit le nombre de lecteurs réguliers doubler, voire tripler. Cela prouve l’importance d’un besoin latent, qui n’attend que la mise en place du service pour pouvoir s’exprimer. Mais il faut aussi faire le nécessaire en ayant toujours de nouvelles idées : à Marchésieux, les enfants sont amenés régulièrement aussi bien par le Relais d’Assistantes Maternelles que par l’école et le centre de loisirs. Les animations sont nombreuses et sans cesse renouvelées. Dans ce bourg de 700 habitants, huit bénévoles se relaient pour assurer les permanences d’accueil, le classement, la gestion des prêts et des commandes, l’animation et l’entretien des ouvrages. La bibliothèque départementale de prêt assure leur formation.

P.S.: Je signale un élément important: l'effort qui est fait pour rendre acce"ssible la lecture aux personnes malviyantes ou aveugles. J'ai pu constater dans chaque médiathèque qu'avec l'aide de la Bibliothèque départementale de prêt, des cassettes audio avec l'enregistrement d'oeuvres littéraires majeures sont mise à la disposition du public. De plus, une partie des ouvrages de bibliothèque, signalés par une pastille orange, sont imprimés en gros caractères pour les rendre plus accessibles.

Cela m'a rappelé aussi l'excellente initiative d'une association cherbourgeoise animée par des bénévoles qui met à la disposition des personnes aveugles des magnétophones adaptés pour pouvoir être actionnés plus facilement et reprendre aisément le fil de l'écoute là où on l'a laissé après une interruption.

0 commentaires

 

CONTACT




La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"