Archives actualités mai 2012

lun.

28

mai

2012

Bravo les Papillons!

Très belle édition des Papillons de Nuit pour le week end de Pentecôte 2012 !

Une programmation conjuguant harmonieusement étoiles montantes et valeurs sûres, une force de 1200 bénévoles présente sur le terrain, chacun à son poste, une organisation en béton, un professionnalisme hors pair de Patrice Hamelin et de son équipe, un site extraordinaire sur les hauteurs, au cœur de la vallée de la Sée,… et une météo presque parfaite : tels sont de nouveau les ingrédients du succès pour ce grand festival né du rêve d’une poignée d’amoureux du Mortainais passionnés de rock, au cœur du canton de Saint-Pois. Un grand coup de chapeau à l’association « Rock en Baie » !

2 commentaires

dim.

27

mai

2012

Exposition annuelle des oeuvres des peintres du Mortainais à Saint-Hilaire-du-Harcouët

Les peintres du Mortainais exposent depuis samedi soir leurs oeuvres de l'année.

On ne peut être qu'impressionné et admiratif devant tous les talents, si divers, qui s'associent de nouveau pour  le succès de l'exposition, organisée par l'association que préside François Aussant. Aquarelles, scènes de marchés, peintures abstraites, paysages de la région, de Bretagne et du Midi, et même plusieurs représentations de Broadway la nuit, animent cette exposition, réhaussée cette année de la participation d'un sculpteur. Un rendez-vous qui vaut le déplacement! 

0 commentaires

mer.

23

mai

2012

Béatification du Père Toulorge à Coutances

La cérémonie de béatification du Père Toulorge, prêtre martyre de la Révolution française a été célébrée à Coutances par le Cardinal d’Amato au nom du Saint-Père, le Pape Benoît XVI, le 29 avril dernier. Elle avait bien sûr un sens religieux très profond pour les chrétiens. Mais elle revêtait aussi un signification historique et politique importante, jetant une lumière crue sur une période de notre Histoire qui fut assurément libératrice pour le Peuple français et demeure fondatrice des grands principes de la République, mais qui fut aussi entachée de nombreux crimes et injustices liés aux circonstances historiques dramatiques de la Révolution, auxquelles se sont ajoutés le dogmatisme, l’intolérance et la violence d’Etat.

C’était cela aussi la Révolution française, même si on a longtemps refusé de l’enseigner ainsi aux enfants à l’école de la République. Et combien d’entre nous savent encore qu’à la suite de ces exactions et devant la levée en masse des jeunes hommes de la terre de Normandie pour défendre les frontières de la France, ce sont dix années de chouannerie que vécurent le Sud Manche et le Domfrontais ?

Après la révolution iranienne en décembre 1979, le régime islamiste de l’Ayatollah Khomeiny se livra à de tels crimes au nom de la charia que tous les peuples occidentaux s’en émurent à juste titre. Khomeiny répondit que la Révolution française avait elle aussi débouché sur la Terreur et que les Français étaient sans doute mal placés pour dénoncer les événements d’Iran : la Révolution demande du temps et des sacrifices avant de déboucher sur un monde meilleur ! En 1917, les Bolchéviques ne disaient pas autre chose en Russie, et l’on pourrait citer ainsi de nombreuses dictatures, parmi les plus sanguinaires, capables de justifier la barbarie par des lendemains qui chantent. Le respect de la vie humaine ne pèse pas lourd face à ceux qui prétendent imposer par la force un monde nouveau… On sait pourtant que la contrainte, la violence, l’intolérance et la haine ne sont en rien nécessaires aux grands progrès des sociétés : les Anglais, après les tumultes du XVIIème Siècle, ont su faire naître pacifiquement à partir du XIXème un régime démocratique aujourd’hui encore cité en modèle, tandis que la Révolution française, en butte à l’hostilité de toute l’Europe mais emportée surtout par ses propres excès, débouchait sur la dictature bonapartiste puis sur la Restauration. L’idée qu’ « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs », doit être dénoncée avec force quand il s’agit de vies humaines, quel que soit le régime qui la met en pratique. La fin ne saurait justifier les moyens.

De la Révolution française, on préfèrera retenir qu’elle a apporté à la France les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui fondent aujourd’hui encore notre société, mais qui ne furent durablement mises en pratique qu’à partir de la IIIème République, plus de quatre-vingts ans après ! 

1 commentaires

dim.

20

mai

2012

Martine Aubry joue les divas: tant mieux!

Martine Aubry boude? Tant mieux !
Martine Aubry boude? Tant mieux !

L'argument invoqué le plus naturellement du monde par Martine Aubry pour ne pas faire partie du Gouvernement Ayrault laisse sans voix: ayant déjà été n°2 du Gouvernement Jospin, elle ne peut entrer au gouvernement que comme Premier ministre. Quel orgueil et quelle vision étriquée de l'action politique qui ne permettrait de prendre part à un Gouvernement qu'à condition d'y occuper une place plus importante que la dernière fois! C'est une approche de fonctionnaire humiliée de ne pas être promue et non de responsable politique majeur, comme si les états de service passés donnaient des droits particuliers en dehors des compétences que l'on pourrait mettre à la disposition de son équipe. Et Juppé puis Fabius, anciens Premiers ministres devenus ministres des affaires étrangères? Et Giscard devenu président de Région après avoir quitté l'Elysée? Et Michel Debré? Et Edgar Faure? Et Pierre Mendès-France? N'auraient-ils pas eu le droit eux-aussi de refuser tout engagement qui ne fût pas à la mesure de leur prestigieuse carrière? Tous ont pourtant accepté de reprendre du service après avoir été chef du Gouvernement.

 

Le comportement de Martine Aubry est une triste, mesquine et décevante démonstration de vanité et de jalousie pour celle qui dirige encore le parti présidentiel !

Dans ces conditions, il vaut sans doute mieux pour la nouvelle équipe qu'elle reste dans son beffroi avec ses rêves de grandeur. C'est aussi une chance pour notre pays car dans ses fonctions ministérielles, Martine Aubry a laissé un héritage désastreux qu'on n'est pas prêts d'oublier. C'est elle qui a fait les 35 heures imposées par la loi à toutes les entreprise et payées 39 heures, et c'est aussi elle qui les a étendues à l'hôpital, lequel ne s'en est toujours pas remis. C'est elle encore qui a laissé exploser les dépenses de sécurité sociale après le plan Juppé (hausse de plus de 5% par an au lieu de 2% dans la période précédente !), sans prendre aucune mesure pour les enrayer, heureuse de constater qu'à la faveur d'une période de croissance exceptionnelle les déficits ne s'étaient pas creusés, les recettes augmentant elles aussi très rapidement. Quand la conjoncture s'est retournée, il a fallu prendre des mesures de freinage dont elle n'eut pas à subir l'impopularité. Pour Martine Aubry, le mot "réforme" est synomyme de distribution d'avantages et de temps libre aux frais des Français. Nous n'aurons donc pas à regretter son choix de ne pas revenir au Gouvernement !

 

4 commentaires

jeu.

17

mai

2012

Trois épreuves de vérité pour le nouveau pouvoir

François Hollande et Jean-Marc Ayrault: comment tourner le plus vite possible la page de la campagne?
François Hollande et Jean-Marc Ayrault: comment tourner le plus vite possible la page de la campagne?

François Hollande va connaître plus vite qu'aucun de ses prédecesseurs trois épreuves de vérité qui risquent de le mettre en contradiction avec ses engagements de campagne.

Il a déjà fait la première entorse à ces engagements en nommant un Premier ministre auquel a été infligé voici quinze ans une peine de prison avec sursis pour une affaire de favoritisme dans un marché public de communication de la Ville de Nantes, alors qu'il avait juré de ne faire entrer au Gouvernement aucune personnalité ayant subi une quelconque condamnation. L'honnêteté de Jean-Marc Ayrault n'était pas en cause, explique-t-on. Soit ! Pour autant, voici une promesse formelle  que François Hollande aurait pu ne pas faire et qui est violée dès le premier jour du quinquennat. Cela n'augure pas bien de l'avenir.

Plus importantes encore sont les trois autres épreuves de vérité qui arrivent dans les prochains jours et les prochaines semaines: la renégociation du pacte budgétaire européen; le retrait des troupes françaises d'Afghanistan; le rétablissement de la retraite à soixante ans.   

La renégociation du pacte budgétaire européen suppose l'accord de nos partenaires, au premier rang desquels l'Allemagne. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la première rencontre entre le nouveau président et la chancelière allemande n'a guère été encourageante. Il est facile de parler de la croissance. Il est plus difficile de la fabriquer. Une chose est certaine: on ne peut le faire en distribuant du revenu à compte d'Etat ni en ponctionnant les entreprises par une hausse excessive des salaires, qui se traduirait mécaniquement par une augmentation des prix des produits français, et donc par une baisse du pouvoir d'achat, par une hausse des importations et par une baisse des exportations. Nos partenaires ne peuvent que s'opposer à une telle évolution, aussi ruineuse qu'inutile pour l'économie et pour l'emploi. En revanche, il serait utile d'obtenir à côté du pacte budgétaire un accord européen sur un plan de relance des investissements publics, comme la France l'avait fait en 2008 avec le grand emprunt. Gageons qu'une avancée en ce sens permettrait à François Hollande de sortir la tête haute de l'impasse sans faire perdre la face à Angela Merkel. Mais il faudra payer: avec quel argent alors que l'Europe doit continuer à soutenir la Grèce et l'Espagne? Le volontarisme politique le plus sympathique ne suffit pas à résoudre les problèmes. Le problème des socialistes, ce n'est plus le mur de l'argent comme en 1936, c'est le mur de la réalité !

Sur l'Afghanistan, il faut bien comprendre qu'en dégarnissant le dispositif de l'OTAN un an avant l'achèvement de l'opération alliée, la France provoquera des répercussions en chaîne qui aggraveront la charge de ses partenaires. Cela ne peut que causer des difficultés supplémentaires dans une opération déjà délicate. L'absence de fiabilité de notre pays dans ses engagements internationaux sera à juste titre relevée, affaiblissant notre parole et donc notre influence dans les crises à venir. Comme tout se paie dans l'ordre diplomatique, je suis certain que le surcroît temporaire d'engagement qu'impliquera pour les Britanniques et les américains la position française devra donner lieu à des compensations. Là aussi, il faudra bien que François Hollande accepte le dur apprentissage de la réalité. Nos alliés ne nous ferons pas de cadeau et ils auront raison.

Enfin, s'agissant de la retraite à soixante ans, il va de soi que les attentes seront largement déçues: il faut s'attendre soit à une mesure cosmétique soit à des coûts élevés qui se traduiront par une hausse des prélèvements. On ne peut que souhaiter bon courage à Marisol Touraine et à Michel Sapin, les nouveaux ministres en charge du dialogue social et des affaires sociales pour qu'ils réussissent à tirer le Président de la République de ce mauvais pas en gérant l'atterrissage.  

1 commentaires

mer.

16

mai

2012

Intervention de Philippe Bas sur Europe 1 : réaction sur le résultat de l'élection présidentielle

Europe 1, 15.05.2012
Europe 1, 15.05.2012
0 commentaires

mar.

15

mai

2012

Investiture de François Hollande: un President de gauche dans la tradition gaullienne?

Un Président "sous l'eau" dès le premier jour de son investiture! Espérons qu'il ne sera pas submergé...
Un Président "sous l'eau" dès le premier jour de son investiture! Espérons qu'il ne sera pas submergé...

La prise de fonction du nouveau Président de la République a marqué une trêve dans le combat politique. Le ton était globalement sobre et juste; il était républicain, malgré deux fausses notes:

- le fait d'avoir tourné les talons alors que le Président Sarkozy n'avait pas encore franchi les quelques mètres le séparant de sa voiture - ce qui fut pour le moins discourtois -,

- l'hommage maladroit à Jules Ferry, parce que cet hommage a conduit le nouveau président à ne retenir de l'action du grand homme que ce qui concerne l'école, tout en metant en cause en bloc l'oeuvre coloniale de la France dont Ferry fut l'un des principaux inititateurs, oeuvre coloniale qui fait pourtant partie aussi de l'héritage de la République, en bien comme en mal. 

Mais pour l'essentiel, tout s'est passé dans le respect d'un protocole qui impose aux personnes de s'effacer derrière la fonction qu'ils exercent. Dans "President de la République", le mot important est bien le mot "République". Le Président est à son service.

En définissant son rôle, le nouveau Président a exprimé une conception tout à fait traditionnelle de sa fonction, montrant son souhait de respecter les missions du Premier ministre, du Gouvernement et du Parlement. Certes, il se veut un Président engagé, mais les conceptions qu'il a fait siennes lui permettraient tout aussi bien d'être un Président de cohabitation rassembleur, gardien des valeurs de la République, de la cohésion sociale, de la justice, responsable des intérêts fondamentaux de notre Nation,maître de la Défense nationale, de la politique européenne et de la diplomatie française. C'est déjà beaucoup. En l'élisant, les Français n'ont pas décidé de lui donner les pleins pouvoirs, notamment en matière économique et sociale.
Au moment de choisir leurs députés en juin prochain, les Français peuvent être tentés de combiner les avantages d'une présidence de rassemblement et d'une politique économique responsable face à la dette, aux déficits, consciente de la nécessité impérieuse de sauver l'euro. Ce que montre la cérémonie dinvestiture, c'est que Hollande, qui s'y prépare peut-être, est beaucoup plus compatible avec la cohabitation que ne l'aurait été son prédécesseur !

9 commentaires

sam.

12

mai

2012

Exposition des oeuvres de Georges Deschamps à Saint-Lô

Vendredi 11 mai était inaugurée à Saint-Lô une exposition rétrospective consacrée à l'oeuvre de Georges Deschamps, en présence de l'artiste. Le maître, installé depuis longtemps à Saint-Gilles et originaire du Périgord, fut d'abord architecte. Il a pour habitude de ne pas commenter ses oeuvres, car celles-ci doivent avant tout toucher le coeur des visiteurs et il faut compter sur leur force propre pour y parvenir et non sur la force des mots qui tenteraient de les expliquer. L'art de Georges Deschamps est dans la couleur et dans le trait. Son regard excelle à transformer la lumière en couleurs vives; sa maîtrise des courbes et des lignes métamorphose en formes épurées les contours des corps et des paysages. Je recommande cette exposition présentée pendant plusieurs semaines au centre culturel de Saint-Lô grâce à une collaboration exemplaire entre la Ville et le Conseil général.

0 commentaires

jeu.

10

mai

2012

Ouverture du Foyer d'accueil médicalisé de Granville

Le ruban du FAM de Granville est coupé!
Le ruban du FAM de Granville est coupé!

Nous avons inauguré le 9 mai le foyer d’accueil médicalisé de Granville. Ce sont douze adultes souffrant de forts handicaps qui trouvent ainsi un lieu de vie avec un accompagnement humain de qualité. C'est un effort d'un million d'euros par an pour le département et de 600 000 euros pour l'agence régionale de santé. Le besoin était évident.

J'ai remercié les personnes handicapées de nous avoir accueillies chez elles: c'était pour nous tous un jour de fête! J'ai salué les personnes qui s'occupent d'elles: ce qu'elles font, c'est beaucop plus qu'un métier; il y faut une véritable vocation. Les personnes handicapées ont une place essentielle: elles nous font grandir en humanité parce qu'elles ont besoin de nous, et elles nous donnent beaucoup en échange. Elles nous font aussi réfléchir sur nous-mêmes. Leur regard est le miroir de notre ouverture aux autres, de notre façon d'accueillir la différence, de notre respect pour celui qui en est porteur, de notre sincérité. Elles ont peut-être des manques par rapport aux autres; elles ont aussi très souvent ce que nous n'avons pas: un coeur simple et généreux, une fidélité, une confiance.

0 commentaires

mer.

09

mai

2012

"Si la droite perd son âme, elle risque de tout perdre", Tribune dans Le Monde, 09.05.2012

Le Monde, 09.05.2012
Le Monde, 09.05.2012
0 commentaires

mer.

09

mai

2012

8 Mai:Trois médaillés militaires décorés à Saint-Pois.

Les décorés et les élus aevc le Général Bariety et les représentants de l'UNACITA
Les décorés et les élus aevc le Général Bariety et les représentants de l'UNACITA

Le Général Bariety, Président national de l’UNACITA, était présent à Saint-Pois à l’occasion des cérémonies du 8 mai pour remettre la Médaille militaire à MM. Lemesnager, Leplé et Quinette, trois soldats de la guerre d'Algérie qui se sont illustrés au combat par leur bravoure, honorés en présence des élus, de douze porte-drapeaux du canton et de nombreux anciens combattants qui s’étaient joints à la population. Ce fut l’occasion d’évoquer ces vies interrompues par la guerre et ces vies marquées à jamais par le souvenir des combats, des blessures et des camarades tués au front, ainsi que des adversaires victimes de nos armes.

La France est en paix aujourd’hui, même si de nombreux soldats français sont présents sur des théâtres d’opérations à l’étranger, avec encore chaque année plusieurs dizaines de tués et de blessés. J’ai de nouveau insisté dans mon allocution sur l’engagement européen de la France : l’Europe, depuis deux tiers de siècle, c’est la paix sur notre territoire et, demain, ce sera une force pour défendre les valeurs de démocratie, de liberté, de développement partout dans le monde et améliorer ainsi la sécurité et la stabilité du monde. Le lendemain du 8 mai, cestr le 9 mai, date de la déclaration Schuman qui a donné en 1950 le coup d'envoi à la construction européenne. Cette date-là mérite aussi d'être rappelée!

0 commentaires

 

CONTACT




La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"