Archives actualités : avril 2014

mer.

30

avril

2014

Les lauréats du concours de plaidoiries de la ligue des droits de l'homme de la Manche reçus au Sénat

Les lauréats dans la bibliothèque du Sénat
Les lauréats dans la bibliothèque du Sénat

Accompagnés de Mme Françoise Verdier, présidente de la section de Granville de la Ligue des Droits de l'Homme, trois lycéens lauréats du concours de plaidoiries organisé par la Ligue étaient en visite au Sénat le 30 avril: dans l'hémicycle, ils ont simulé avec moi une séance du Sénat pour mieux comprendre comment se fabrique la loi, puis ils ont assisté dans les tribunes aux débats du début de l'après-midi.

0 commentaires

dim.

27

avril

2014

L'Association pour le don du sang de Basse Normandie en Assemblée Générale à Coutances

0 commentaires

dim.

27

avril

2014

Première étape du Tour du Mortainais à St. Laurent-de-Cuves

0 commentaires

dim.

27

avril

2014

Assemblée générale des bouilleurs de cru à Cerisy-la-Salle

Les Bouilleurs de cru étaient réunis ce samedi à Cerisy-la-Salle par leur président, M.Louis Prével. J'ai accepté avec le Député Travers, également présent, l'organisation d'une réunion des parlementaires avec le Bureau de l'association pour réfléchir à des démarches permettant d'éviter que le changement des modes de vie, les effets du remembrement, la diminution des surfaces plantées de pommiers ou de poiriers et la chute de la consommation des eaux de vie ne viennent faire disparaître une tradiiton solidement ancrée dans la culture normande, et en particulier celle de la Manche. Ce n'est pas un problème de santé publique de nos jours, mais un problème de pérennisation des taditions et de maintien de nos paysages bocagers. Le droit de bouillir a été élargi en 2008 et 2011: c'est une nécessité si l'on veut que des jeunes continuent à trouver intérêt à planter et à entretenir des vergers. Il faut veiller à poursuivre cette évolution et à l'accompagner en évitant d'imposer des droits d'un montant excessif.

0 commentaires

sam.

26

avril

2014

La Médaille Militaire remise à M.Francis Girres, de St. Quentin-sur-le-Homme

Francis Girres entouré de Valérie Nouvel, conseillère régionale, et de son camarade de combat, prisonnier du FLN pendant un an, avec à l'arrière-plan le colonel Giraud et le Lieutenant-Colonel Chénel
Francis Girres entouré de Valérie Nouvel, conseillère régionale, et de son camarade de combat, prisonnier du FLN pendant un an, avec à l'arrière-plan le colonel Giraud et le Lieutenant-Colonel Chénel

Samedi à St Quentin-sur-le-Homme se déroulait une émouvante cérémonie au cours de laquelle M.Francis Girres a reçu des mains du Colonel Giraud, chef du groupement départemental de la gendarmerie de la Manche, la médaille militaire, créé en 1852 pour reconnaître des actes de bravoure au combat, avec l'exigence de placer cette décoration aussi haut dans la hiérarchie des distinctions que la Légion d'honneur. Croix de la valeur militaire avec deux citations, M.Girres a vu cinq de ses camarades tomber dans une embuscade et l'un d'eux fait prisonnier pour une année par le FLN. Les survivants que leur santé permettait d'être présents entouraient leur camarade, sous la houlette bienveillante du Lieutenant-Colonel Gérard Chénel, qui combattit avec eux et avait signalé en haut lieu les mérites militaires de M.Girres. Les souvenirs si douloureux de la guerre d'Algérie ont longtemps été refoulés. Aujourd'hui, ils s'expriment davantage, depuis que le Président Chirac a reconnu qu'il s'agissait d'une véritable guerre- et quelle guerre! Reste à parachever la réconciliation franco-algérienne par la signature d'un traité d'amitié créant une véritable fraternité entre nos deux nations, comme nous avons su le faire avec l'Allemagne... mais cela ne dépend pas que de nous!

0 commentaires

sam.

26

avril

2014

Assemblée générale de la Fédération des Chasseurs à Condé-sur-Vire

Le Président Auguste Foulon réunissait l'assemblée génrale des chasseurs de la Manche ce samedi à Condé-sur-Vire. Comme chaque année, les chasseurs étaient venus nombreux. Présent de bonne heure, je ne pouvais rester très longtemps, retenu par d'autres engagements, mais Philippe Gosselin a pu rappeler l'action de parlementaires manchois de l'opposition en faveur de la chasse lors du débat sur la loi dite "d'avenir d ela'agriculture et de la forêt". L'occasion de souligner aussi que les chasseurs contribuent à la biodiversité par la régulation des espèces en respectant strictement les règles qui leur sont imposées.

0 commentaires

ven.

25

avril

2014

Conseil départemental de l'éducation nationale: un sursis pour la maternelle de Virey

Avec les parents à l'entrée du CDEN à la Préfecture le 25.04.14
Avec les parents à l'entrée du CDEN à la Préfecture le 25.04.14

Au cours de la réunion du conseil départemental de l'éducation nationale qui se tenait ce vendredi 25 avril sous la présidence conjointe de la préfète et de moi-même, l'Inspecteur d'Académie a accepté de reconsidérer la fermeture de la classe de maternelle de l'école de Virey dont nous inaugurions les nouveaux locaux il y a quinze jours, après un investissement de 650 000 euros. La municipalité, les parents d'élèves, les syndicats ont réussi à convaincre l'administration, dont l'écoute mérite d'être saluée. Il faut cependant que les inscriptions promises se réalisent effectivement!

0 commentaires

jeu.

24

avril

2014

Le Docteur Anne Tursz chevalier de la légion d'honneur pour son action inlassable en faveur des enfants maltraités

Anne Tursz à l'INSERM où elle a été décorée ce 24 avril
Anne Tursz à l'INSERM où elle a été décorée ce 24 avril

Le Docteur Anne Tursz a été faite Chevalier de la Légion d'honneur. Pédiatre et chercheuse de renom international, Anne Tursz s'est illustrée par son action inlassable contre la maltraitance des enfants. La loi de 2007 que j'ai eu l'honneur de présenter au Parlement pour améliorer la prévention d ela maltraitance, mieux la combattre et venir en aide aux enfants en danger porte son empreinte. Anne Tursz continue aujourd'hui son action pour mieux identifier et faire reculer la maltraitance, qui demeure l'un des pires fléaux de notre société.

0 commentaires

mer.

23

avril

2014

Les "Panetiers d'Or" en visite au sénat: les retraités boulangers de la Manche s'informent!

Les Panetiers d'Or emmenés par Mme Branthome
1 commentaires

mar.

22

avril

2014

Maisons familiales rurales: le Gouvernement refuse mon amendement destiné à les conforter

Mardi dernier au Sénat, j'ai défendu un amendement au projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et  la forêt visant à reconnaître et conforter l’action des maisons familiales rurales dans l’enseignement agricole.

Ces établissements sont un modèle d’adaptation aux exigences du monde rural, notamment par la qualité et la diversité des formations qui y sont dispensées, allant des métiers de l’agriculture jusqu’aux services aux personnes en passant par le machinisme agricole et les différents services à l’agriculture. Elles comportent de nombreux stages et des formations en apprentissage, qui sont des méthodes pédagogiques particulièrement efficaces aujourd'hui.

Je déplore que cet amendement de bon sens ait été rejeté par le Gouvernement et sa majorité.

Par ailleurs, j'interviendrai, dans le cadre de l’examen de la proposition de loi tendant au développement, à l’encadrement des stages et à l’amélioration du statut des stagiaires le 29 avril prochain au Sénat, pour que ce texte soit utilement amendé afin de permettre que les périodes de formation en milieu professionnel en CAP ou en Bac Professionnel ne soient pas assimilées aux stages de l’enseignement supérieur, car beacuop de maîtres de stages seraient dissuadés de prendre des stagiaires- ce qui se retourne contre les jeunes..

0 commentaires

sam.

19

avril

2014

Tribune dans Figaro Vox sur l'égalité Femmes-Hommes

Lire l'article en cliquant sur l'image
Lire l'article en cliquant sur l'image
0 commentaires

sam.

12

avril

2014

Inauguration des travaux de reconstruction de la maternelle de Virey

Parents de Virey mobilisés contre la fermeture d'une classe
Parents de Virey mobilisés contre la fermeture d'une classe

C'est un investissement de 650000 euros que vient de réaliser la commune de Virey pour offrir aux enfants un maternelle flambant neuve, fruit du travail de Daniel Pautret et de son équipe municipale pour amliorer fortement l'accueil des enfants et l'attractivité d'une commune rurale proche de Saint-Hilaire-du-Harcouët, où cent maisons ont été construites en 20 ans, et qui continue à grandir. L'inauguration avait lieu samedi matin. Malheureusement une ombre a été jetée sur cette inauguration la veille par une fuite parue dans la presse laissant craindre la fermeture d'une classe de maternelle en raison d'un effectif jugé insuffisant, ce que contestent tout à la fois la mairie et les parents. J'ai promis mon soutien à leur action car je trouve vraiment impossible de laisser fermer une classe que l'on vient de reconstruire, surtout s'il n'y a pas une insuffisance réelle d'effectifs.

0 commentaires

sam.

12

avril

2014

Visite de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur: maintenir le maillage territorial de la gendarmerie

En présence d eBernard Cazeneuve, salutations aux sapeurs-pompiers à Saint-Lô
En présence d eBernard Cazeneuve, salutations aux sapeurs-pompiers à Saint-Lô

Bernard CAZENEUVE était en déplacement dans la Manche vendredi pour rencontrer gendarmes, policiers et sapeurs-pompiers à Cherbourg et Saint-Lô. L'occasion pour moi de défendre la présence de la gendarmerie en milieu rural. Nous ne voulons pas que le maillage territorial se distende sous prétexte que l'insécurité s'aggrave dans les grandes agglomérations. Il importe que les déplacements d'un ministre servent à sa bonne information pour être utiles aux décisions, et aussi qu'ils permettenr de régler des problèmes locaux.

0 commentaires

ven.

11

avril

2014

Colloque "crises d'adolescents" organisé par le collectif de prévention du suicide à Condé-sur-Vire

Colloque à Condé-sur-Vire, 11/04/14
Colloque à Condé-sur-Vire, 11/04/14

Le Docteur Gérard Boittiaux et toute l'équipe du Collectif départemental de prévention du suicide de la Manche, avec le monde associatif, font depuis près de dix ans un travail remarquable pour diminuer le nombre de suicides en formant médecins, professionnels de santé, travailleurs sociaux, éducateurs, bénévoles et même élus à mieux comprendre la crise suicidaire, pour mieux la détecter, mieux la traiter... et ainsi sauver des vies. 

La Basse Normandie partage avec la Bretagne le triste record national du taux de suicide (respectivement 25 et 28 suicides par an pour 100 000 habitants, contre 16 au plan national). Dans la Manche, en moyenne 150 personnes se suicident chaque année, dont cinq à dix adolescents.

 

Le colloque "crises d'adolescents" organisé le vendredi 11 avril à Condé-sur-Vire par le Collectif a permis, grâce à l'intervention d'experts de haut niveau,  de présenter à un public très nombreux de professionnels et de bénévoles les principaux éléments cliniques et thérapeutiques de la crise suicidaire, avec un à accent porté sur l'adolescence. De multiples conclusions concrètes peuvent en être tirées pour améliorer la prévention. Elles confortent les actions d'amélioration de l'accompagnement des adolescents engagées grâce à  l'aide du Département et de ses partenaires avec la Maison des Adolescents, les projets éducatifs et sociaux locaux, le Spot 50 et le développement des activités sportives, culturelles et associatives.

0 commentaires

mar.

08

avril

2014

Discours de politique générale de Manuel Valls du 09 avril 2014 : première déception.

Manuel Valls prononce le discours de politique générale de son Gouvernement
Manuel Valls prononce le discours de politique générale de son Gouvernement

Personne ne peut en douter après le discours de politique générale du 9 avril : Manuel Valls, c’est la poursuite de la politique de Jean-Marc Ayrault sous d’autres formes. L’un et l’autre ont été équipés du même logiciel par François Hollande. Il est vain de gesticuler pour faire croire que le Peuple français a été entendu si c’est pour continuer ainsi sur la route sinueuse qu’emprunte le Président de la République depuis deux ans.

 

Le pacte de responsabilité sera équilibré par un « pacte de solidarité » ? Bravo pour l’avancée sémantique ! Mais l’art de la synthèse se heurte un jour aux réalités. 30 milliards pour les entreprises ; 5 milliards pour les salariés les moins qualifiés. La gauche aura beau jeu de dire que le compte n’y est pas ! Au contraire, la droite peut se féliciter de sa victoire idéologique puisque sa politique de compétitivité est désormais revendiquée par ceux qui la contestaient radicalement il y a moins de deux ans. Mais avec quelle crédibilité et quelle puissance de choc le Gouvernement peut-il agir alors qu’il semble s’épuiser à rechercher les 50 milliards d’économies nécessaires pour réduire les déficits tout en diminuant les prélèvements ?

.../... 

.../...

La sémantique de la responsabilité et de la solidarité ne fait qu’aggraver l’impression donnée par François Hollande d’être incapable de choisir clairement entre deux lignes économiques financièrement et économiquement incompatibles: la politique de l’offre et celle de la demande. Aucun pays (et encore moins la France) n’a actuellement les moyens de s’offrir les deux à compte d’Etat.

 

En changeant de Premier ministre sans sortir vraiment de sa politique d’indétermination, François Hollande manque sa cible et prend une sérieuse option pour un nouveau changement de Gouvernement avant la fin de son quinquennat, après une nouvelle descente aux enfers de l’exécutif dans l’opinion. Quant aux annonces du Premier ministre sur le mille-feuilles territorial, elles ne trompent personne. La suppression des départements était vivement rejetée par le Président de la République lui-même il y a moins de trois mois. L’échéancier retenu pour réformer les territoires (2017, 2018, 2021) donne le sentiment d’engagements dénués de toute portée.

 

Le mécontentement des Français, leur impatience et leur colère n’ont pas été provoqués par l’insuffisance d’autorité de Jean-Marc Ayrault, ni par son manque d’impact médiatique, ni par l’incompétence de ses ministres ou le mauvais fonctionnement du Gouvernement mais par la situation économique et sociale du pays et par les mauvaises réponses qui lui sont apportées. Le sentiment s’est très vite répandu que la politique économique de la France était pire qu’inefficace : contreproductive. L’absence de cohérence des choix inspirés par l’Elysée, manifestement plus soucieux de préserver les équilibres politiques que de rétablir les équilibres économiques, a frappé les esprits. Dans ce contexte, malgré les postures napoléoniennes du nouveau Premier ministre, dont on ne contestera d’ailleurs pas les qualités de communicant, le changement de Gouvernement, puisqu’il n’exprime pas un changement de cap, relève d’un coup médiatique qui restera sans lendemain, tandis que la France prend du retard et inquiète l’Europe du fait du glissement continu du calendrier du redressement.

 

Le vote des Français aux municipales demeure donc à ce jour sans réponse. Non seulement la majorité n’a pas gagné en cohésion mais elle apparaît plus divisée que jamais. La recherche d’un savant équilibre politique dans la composition du Gouvernement a eu pour effet de marier les contraires au lieu d’exprimer une vision cohérente et homogène. Dès lors, la France ne peut savoir ni ou elle va ni qui la conduit vraiment.

 

Si le Président continue sur cette voie, seul restera de son mandat et de ses Premiers ministres le souvenir d’années de chômage, de crise et de déficits publics qui auront conduit la France a être placée pour la première fois sous la surveillance de l’Union européenne. Le Président doit choisir. Il est certes l’homme des tournants conceptuels, avec son pacte de responsabilité. Mais il n’a toujours pas osé renverser frontalement les choix économiques de la gauche. Le pacte de responsabilité est dilué dans le temps et les contreparties exigées par la majorité parlementaire risquent fort d’en neutraliser les effets. Le verbe ne peut éternellement remplacer l’action : il doit le plus tôt possible se faire chair, et la chair prendre de la consistance. Le « parler vrai » rocardo-vallsien ne peut remplacer l’« agir fort » dont notre pays a besoin.

0 commentaires

dim.

06

avril

2014

Bilan des municipales dans la Manche

Au-delà de la stabilité globale qui les caractérise, les élections municipales ont montré plusieurs choses intéressantes dans notre département :

  •  Les listes constituées sur une base trop partisane, généralement de gauche, ont eu tendance à échouer, en dehors de quelques fiefs très urbanisés, où les relations de proximité avec le maire sont moins intenses. Les électeurs ne cherchent pas à élire des militants en fonction de leurs convictions partisanes, ils veulent donner leur confiance à des concitoyens qui apparaissent d’abord comme sincères, compétents et dévoués à leur collectivité. Les succès de nouvelles équipes, par exemple à Saint-Lô, Bricquebec ou Granville, mais aussi à Pontorson, ont largement reposé sur ces motivations.
  • Dans les villes les plus disputées, une forte attente de renouvellement s’est exprimée, ce qui n’empêche pas, ailleurs, le succès d’équipes sortantes qui ont su empêcher les phénomènes d’usure en démontrant leur cohésion, leur dynamisme et leur efficacité, et en prévenant toute division. Là où des compétitions ont existé, où un choix large a été offert aux électeurs, une préférence claire s’est exprimée en faveur d’un renouvellement profond, et elle s’est alors exprimée fortement.

  • Dans les villes où la dimension partisane revêt une certaine importance, la gauche conserve ses principales positions mais subit une érosion : si elle garde Cherbourg et Tourlaville, si elle prend La Glacerie, elle ne parvient pas, deux ans après 2012, à convertir en succès locaux sa percée des élections présidentielle et législatives. On le voit à Saint-Lô, Coutances, Valognes, Querqueville ou Carentan, et elle perd des villes comme Granville ou Pontorson. La victoire à Avranches et Villedieu-les-Poêles de listes au positionnement politique non affiché n’est pas liée à un choix partisan mais à un contexte politique local qui s'est révélé défavorable au maire sortant.

    Pour 2015, la déception d’une grande partie des électeurs de François Hollande et les divisions de la gauche,  accrues par le positionnement plus droitier du nouveau gouvernement, ouvrent un espace à la majorité départementale. Cet espace devra être pleinement investi lors des élections départementales en s’inspirant de ce qui a marché aux élections municipales.

    Il y aura à coup sûr la gauche d’un côté, il devra y avoir de l’autre non pas la droite et le centre, mais la défense et la promotion des intérêts du territoire et de ses habitants.

 

2 commentaires

dim.

06

avril

2014

Grande Guerre: souvenirs d'un enfant devenu centenaire

Hubert Bacquet fêtait le 7 Avril ses 103 ans à Saint-Jean-le-Thomas
Hubert Bacquet fêtait le 7 Avril ses 103 ans à Saint-Jean-le-Thomas

Avec une vivacité d'esprit surprenante, Hubert Bacquet, qui fut commandant dans les FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) pendant la Résistance puis sous-officier de la Garde Républicaine, plusieurs années en poste à l'Elysée, racontait à l'occasion de ses 103 ans, fêtés salle Jean-Auriac à Saint-Jean-le-Thomas ce samedi, ces premiers souvenirs d'enfant, des souvenirs terribles de la guerre de 1914-1918. Né le 7 Avril 1911 près de Compiègne, il a vu les troupes allemandes se rendre mâitresses de son pays de naissance en 1914, puis connu les tranchées occupées par l'armée française, dans lesquelles il allait enfant boire un mauvais café offert par des soldats privés de leur famille et attendris par la présence d'un enfant. Mais son premier souvenir, à l'âge de trois ans, c'est à dire il y a tout juste cent ans, c'est celui d'un Uhlan (lancier prussien) faisant irruption dans la ferme de sa grand-mère et menaçant de l'abattre d'un coup de fusil dont le canon était dirigé contre sa joue, pour un pot de beurre et un peu de confiture. Hubert Bacquet raconte aussi  avoir vu passer "des centaines de morts transportés sur des affûts de canon".

Quand on parle de la Grande Guerre, on fait bien de rappeler que son horreur n'a épargné aucune famille de France, pas même les enfants, et que son empreinte de souffrance a laissé des traces toujours vivantes aujourd'hui. 

0 commentaires

ven.

04

avril

2014

Assemblée générale de la FDSEA de la Manche sous le signe du parler vrai

Sébastien Amand, Président de la FDSEA de la Manche
Sébastien Amand, Président de la FDSEA de la Manche

L'Assemblée générale de la FDSEA de la Manche qui s'est tenue vendredi à Condé-sur-Vire sous la présidence de Sébastien Amand a été l'occasion de parler vrai.

La FNSEA avait placé son congrès national, réuni à Biarritz il y a quelques jours, sous le signe de la compétitivité. Un signal de courage et d'audace que j'aimerais voir partagé avec autant de netteté par notre pays dans son entier car à force de tergiversations sur notre politique économique, qui oscille depuis deux ans entre les hausses d'impôts massives et les baisses de charges cosmétiques, la France ne se met pas dans la position d'aborder de front les changements radicaux qu'exige le combat pour la croissance et pour l'emploi.

L'agriculture, si! Elle pèse lourd dans notre potentiel économique, dans le niveau de l'emploi national et dans notre balance commerciale avec l'étranger. Elle veut démontrer qu'elle ne fait pas dépendre sa prospérité principalement des aides européennes, même si celles-ci, qui représentent 11% des ressources de nos exploitations, restent indispensables à leur équilibre financier. On ne le dit pas assez, ce sont près de 90% des recettes qui dépendent des ventes de l'exploitation, et le revenu agricole dépend donc principalement des ventes et de la maîtrise des coûts de production. Pour développer le revenu agricole, il faut donc miser sut tout ce qui améliore la rentabilité, sur l'assurance contre la fluctuation des cours et sur un renforcement des producteurs, à travers leurs organisations, dans la négociaiton avec les transformateurs.

La complexité croissante du métier d'agriculteur, à la fois technique et financière, exige des qualifiactions sans cesse accrues.

Dans la Manche, avec la Chambre d'Agriculture, le Conseil général s'applique à renforcer les qualifications des agriculteurs pour les aider à moderniser leur activité, et donc à être plus compétitifs. Il participe aussi très activement à la politique d'installation, qui remporte d'importants succès dans notre Département, premier en France pour l'installation des jeunes agriculteurs. C'est heureux, car le vieillissement de l'agriculture est un problème national, avec une moyenne d'âge qui s'établit aujourd'hui à 50 ans.

Nous attendons des pouvoirs publics qu'ils clarifient rapidement pour chaque exploitation les conséquences de la réforme de la politique agricole commune, qu'ils résistent à la tentation de la surenchère, parfois démagogique, en matière de normes environnementales, en compensant au moins en partie le coût des investissements rendus obligatoires par la directive nitrates, et qu'ils n'exagèrent pas non plus les mesures prises au nom de la sécurité, pour ne pas entraver l'accueil d'apprentis et de stagiaires (interdiction de monter sur un escabeau...).

J'ajoute que la mesure que viennent d'adopter les députés pour mieux rémunérer les stagiaires devra impérativement être réexaminée si l'on veut que les entreprises agricoles puissent continuer à participer à la formation des jeunes.

0 commentaires

ven.

04

avril

2014

2ème salon autour du handicap à Granville

Granville Santé lançait vendredi soir son 2ème salon du handicap par une conférence sur l’accessibilité devant un public de 150 personnes en présence de Philippe Croizon comme invité-vedette.

Entreprises du bâtiment et consultants en accessibilité ont pu présenter leurs solutions, tandis qu’Eric Gourier, représentant de l’APF, précisait les attentes et les besoins des personnes handicapées.

 

J’ai pu pour ma part exposer les exigences de la loi de 2005 en matière d’accessibilité et souligner que les aménagements matériels en vue d’assurer l’accessibilité des services et des établissements recevant du public ne dispensent pas de devoir s’appuyer aussi sur l’entraide, sans laquelle une société se déshumanise.

 

La loi de 2005 a prescrit l’accessibilité généralisée en 2015. Cette exigence ne sera pas respectée compte tenu des coûts, mais l’accessibilité a déjà beaucoup progressé. Pour continuer, il faut demander à ceux qui sont en retard de prendre des engagements fermes, raisonnables et contrôlables, en évitant les normes excessives, mais sans transiger sur les objectifs.

Le handicap nous concerne tous car nous pouvons tous avoir un accident de la vie, et tous nous pouvons devenir dépendants du fait de notre grand âge, ou devoir prendre en charge des personnes dépendantes de notre entourage.

 

0 commentaires

 

CONTACT




La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"