Archives Actualités janvier 2014

lun.

27

janv.

2014

Débat sur Public Sénat sur le Cumul des mandats, 16.01.2014


Chaîne Public Sénat, 16.01.2014 à 19h
Chaîne Public Sénat, 16.01.2014 à 19h
0 commentaires

dim.

26

janv.

2014

Brouains: des citoyens de bonne volonté à l'honneur!

Samedi après midi, j'étais à Brouains pour une cérémonie de voeux qui fut l'occasion de remettre leur médaille d'honneur d'or à M. Hubert de Prat, deuxième adjoint, et de vermeil à M.Gilbert Leguillon, conseiller municipal, en présence de mon collègue Jean Bizet. Ce fut l'occasion de remercier Mme Hélène Juhel, qui se retire après quatre mandats bien remplis. Ainsi vit notre République, du dévouement de Français comme les autres qui acceptent de consacrer beaucoup de temps au service de la communauté. Cela mérite bien un peu de reconnaissance!

0 commentaires

sam.

25

janv.

2014

Nouveaux cantons de la Manche: le conseil général rejette le découpage

Le conseil général de la Manche s'est réuni le samedi 25 janvier 2014 en session extraordinaire pour donner son avis sur la carte cantonale que le Gouvernement s'apprête à édicter par décret. Cette carte comporte trop d'anomalies du point de vue des principes fixés par le Gouvernement lui-même pour que nous ayons pu l'approuver. Même l'opposition départementale a émis des réserves!

L'assemblée départementale n'a pas contesté dans son principe le nouveau mode de scrutin, du moins en ce qu'il va permettre un rééquilibrage démographique.

Nous sommes également prêts à relever le défi de la parité.

Ce nouveau mode de scrutin est une petite révolution: deux élus, homme et femme, par nouveau grand canton! Conséquence: le nombre de femmes va passer de 7 à 27, le nombre d'hommes de 45 à 27 aussi, soit 20 femmes de plus et 18 hommes de moins.

Il faut aussi tenir compte du départ d'un certain nombre d'élus qui quitteront volontairement l'assemblée départementale après avoir bien servi le Département. Il y aura enfin des élus sortants des anciens petits cantons qui seront tentés de courir leur chance dans les nouveaux grands cantons mais tous ne pourront pas être élus.

Cela veut dire qu'en 2015, année des élections départementales, l'assemblée départementale sera profondément renouvelée, avec une forte majorité de nouveaux élus qui devront, avec l'aide des plus expérimentés, se former aux affaires complexes du Département. Ce défi-là devra aussi être relevé. Il faut s'y préparer dès maintenant..   

 

Le Conseil général de la Manche a prononcé un avis défavorable à l'adoption de la nouvelle carte cantonale et il a demandé qu’une autre carte cantonale lui soit présentée, répondant à l’impératif d’impartialité et permettant de respecter à la fois le critère démographique qui s’impose légitimement dans la définition des nouveaux cantons et les principes d’intérêt général qui doivent présider à cette définition.

 

Il a tout particulièrement appelé l’attention du Gouvernement sur la nécessité d’assurer une représentation réellement équitable des habitants du monde rural.

 

Lire la suite...

Le conseil général a pris acte de la répartition de la population du département en 27 cantons pour l’élection de 54 élus départementaux au lieu de 52 actuellement mais a cependant regretté cette augmentation inutile du nombre d’élus.

 

Nous avons constaté que la démographie des cantons dont le Gouvernement envisage la modification est affectée d’écarts substantiels par rapport à la moyenne départementale. L’écart entre le canton le plus peuplé et le canton le moins peuplé du Département serait en effet de 1,46. Si un tel écart, pour important qu’il soit, n’est pas excessif par lui-même, il doit pouvoir être justifié par des motifs d’intérêt général de nature à garantir l’objectivité et l’impartialité du découpage.

 

Figurent certainement au nombre des motifs d’intérêt général susceptibles d’être reconnus la prise en compte du périmètre des anciens cantons, la référence aux communautés de communes, la recherche de la meilleure adéquation des cantons avec les bassins de vie, l’unité de représentation des villes dont la population coïncide avec la population moyenne d’un canton et la volonté d’éviter de constituer dans le monde rural des territoires à faible densité qui seraient rendus trop vastes et n’auraient pas de réelle cohérence géographique.

 

Le Conseil général de la Manche a constaté que le projet de carte cantonale sur lequel il est consulté ne correspond que très partiellement à ces exigences.

 

Dans la proposition du ministère de l’intérieur transmise par Mme la préfète de la Manche le 16 décembre dernier, les nouveaux cantons qui répondent globalement aux exigences ci-dessus exprimées sont (avec des appellations à revoir) :

-         Créances,   (Lessay/La Haye du Puits)

-         Saint-Vaast la Hougue,   (Val de Saire)

-         Condé sur Vire,   (Tessy/Torigni)

-         Villedieu les Poëles,   (Percy/Saint-Pois/Villedieu)

-         Saint-Hilaire du Harcouët,   (Saint-Hilaire du Harcouët-Saint-James)

-         Sourdeval   (Mortainais)

 

En revanche, aucun motif d’intérêt général ne pourrait expliquer que deux des quatre cantons les moins peuplés du département, les cantons exclusivement urbains de Cherbourg 2 (15 058 habitants) et Cherbourg 1 (15 909 habitants), viennent doter l’agglomération cherbourgeoise de six cantons dont la population moyenne serait en dessous de la population moyenne des cantons du département (18 500 habitants).

 

Cette surreprésentation ne répondrait à aucune contrainte géographique particulière. Elle aurait arithmétiquement pour effet de rendre plus difficile l’élaboration de la carte cantonale dans le reste du Département puisque la création en milieu urbain, sans motif objectif réel et sérieux, de cantons insuffisamment peuplés restreint la faculté pour le Gouvernement de constituer des cantons ruraux au peuplement inférieur à la moyenne départementale en vue de se conformer à des objectifs d’intérêt général tels que le respect de bassins de vie homogènes ou l’inscription dans le périmètre d’une seule communauté de communes.

 

Plusieurs des cantons à forte composante rurale proposés par le projet ont au contraire été constitués avec une population nettement supérieure à la moyenne départementale que ne justifie aucune exigence incontournable. Il en va ainsi des Pieux (près de 22 000 habitants) de Bréhal (20 000 habitants) et surtout d’Avranches (21 100 habitants), ces deux derniers cantons ne tenant compte ni des bassins de vie, ni des communautés de communes, ni des anciens cantons.

 

Les cantons d’Agon-Coutainville, d’Isigny-le-Buat, de Quettreville-sur-Sienne ou de Coutances, qui regroupent un nombre d’habitants acceptable, et ceux d’Avranches et de Bréhal, exagérément peuplés, présentent par ailleurs des caractéristiques anormales du point de vue des critères que le Gouvernement semble s’être donnés à lui-même en l’absence de critères législatifs précis.

 

Le canton d’Agon-Coutainville serait constitué de communes prélevées sur six cantons actuels et rattachés à cinq communautés de communes distinctes, sans former un bassin de vie. Le canton d’Isigny-le-Buat serait également constitué de communes prélevées sur cinq cantons actuels et rattachés à deux communautés de communes distinctes, sans davantage former un bassin de vie. Le canton de Quettreville-sur-Sienne dépendrait de deux communautés de communes différentes et souffrirait lui aussi d’un fort défaut de cohésion géographique.

 

La superposition de la carte des nouveaux cantons envisagés et de la carte des intercommunalités fait en outre apparaître une discordance fondamentale entre le nouveau canton de Coutances et la nouvelle communauté de communes de Coutances, les communes relevant de celle-ci étant distribuées dans trois nouveaux cantons tandis que le nouveau canton de Coutances relèverait de trois communautés de communes différentes. 

 

L’actuel canton d’Avranches correspondait approximativement à la population cantonale moyenne recherchée. Il faudrait donc de forts motifs d’intérêt général pour en modifier le périmètre. Or, le choix proposé par le projet de carte démembre ce canton en trois sections distinctes, dont celle qui intègre la ville d’Avranches, séparée du reste de l’agglomération. Le nouveau canton d’Avranches comprendrait des communes relevant de deux communautés de communes distinctes correspondant à deux bassins de vie nettement différents, ceux d’Avranches et de Granville. La situation est symétrique pour le nouveau canton de Bréhal, qui serait composé sans motif objectif de communes relevant des communautés de communes d’Avranches et de Granville, et ne coïnciderait pas avec un bassin de vie cohérent. Dans les deux cas, des solutions alternatives logiques ne se heurteraient à aucune difficulté pratique.

 

La création des nouveaux cantons de Valognes et de Bricquebec dans les limites proposées paraît elle aussi relever d’une erreur d’appréciation car elle méconnaît le périmètre des nouvelles communautés de communes. En joignant les actuels cantons de Valognes et de Bricquebec et les actuels cantons de Saint-Sauveur-le-Vicomte et de Montebourg, la carte cantonale respecterait à la fois la limite des nouvelles communautés de communes et le critère démographique, moyennant il est vrai quelques ajustements démographiques de même nature que ceux auxquels le Gouvernement se propose de procéder dans d’autres secteurs du Département, par exemple pour le nouveau canton de Carentan. Sans que puisse être avancé de motif d’intérêt général, le projet de carte cantonale retient donc la solution inverse à la solution qui paraissait devoir s’imposer.

 

Le traitement de la ville de Saint-Lô, dont la population correspond à la moyenne cantonale recherchée mais dont les habitants relèveraient néanmoins de deux cantons différents, avec une forte composante rurale pour en compléter la pesée démographique, interroge lui aussi. Le choix retenu par le Gouvernement présente des inconvénients certains pour la représentation des habitants. Quand l’unité de représentation des habitants d’une ville au Conseil départemental peut être assurée dans le respect du critère démographique, le Conseil général estime qu’il y a lieu de s’en tenir à cette unité de représentation, sauf motif d’intérêt général clairement établi. Pourquoi cette différence de traitement entre les villes de Saint-Lô et Granville pas exemple?

 

Enfin, le conseil général estime que la dénomination des nouveaux cantons ne peut se réduire à la désignation de la commune la plus peuplée du nouveau territoire. Pour une meilleure cohérence vis-à-vis des citoyens et à l’heure où l’on évoque le choc de simplification, il serait pertinent que les nouveaux cantons puissent bénéficier d’un nom clair regroupant les noms des cantons actuels, comme par exemple :

- canton de « Tessy/Torigni »,

- canton de « La Haye du Puits/Lessay »

- canton de « Saint-Clair sur Elle / Saint-Jean de Daye », etc…

 

 ou encore d’un nom correspondant au bassin de vie comme par exemple :

-        « canton du Mortainais »,

-        « canton du Val de Saire »,

-        « canton de la Hague », etc…

0 commentaires

ven.

24

janv.

2014

Visite du ministre de l'agriculture dans la Manche

Visite de la cidrerie Dujardin à Condé-sur-Vire
Visite de la cidrerie Dujardin à Condé-sur-Vire

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, était en déplacement dans le département ce vendredi 24 janvier. La première partie de sa visite a porté sur l’enseignement agricole: il a visité le lycée agricole de Coutances et s'est ensuite rendu à la Maison Familiale et Rurale de Condé-sur-Vire ainsi qu'à la Cidrerie Dujardin de Condé-sur-Vire. Lors de cette derière visite, à laquelle j'ai participé aux côtés d'Erick Beaufils, Philippe Musellec, président de l’Union nationale cidricole (UNICID) et directeur de la coopérative Les Celliers associés, a souhaité présenter au ministre, "un plan de développement de la filière cidricole pour 2025" et lui demander "une implication des pouvoirs publics pour accompagner la filière, en coordonnant les sept principales régions cidricoles, afin d’assurer la réussite du plan."

 

0 commentaires

jeu.

23

janv.

2014

Saint-Côme-du-Mont: rencontre avec les chasseurs de gibier d'eau

Je ne suis pas chasseur, mais j'ai toujours eu conscience des valeurs que représente la chasse dans notre société. Elle est indissociable de la ruralité. Il est essentiel de mieux la faire connaître. C'est pourquoi la rencontre organisée sur le terrain par Philippe Gosselin dans un gabion de Saint-Côme-du-Mont le 23 janvier était très importante. Y participaient notamment Marc Laffineur, ancien ministre responsable de la chasse à l'UMP, et Frédéric Nihous, Président national de CNPT, en compagnie du président manchois, Pascal Marie, ainsi que plusieurs responsables de sociétes de chasse et le président départemental de la fédération des chasseurs, M. Foulon. Il a de nouveau été démontré que les chasseurs, comme d'ailleurs les pêcheurs, sont de bons gestionnaires des réserves cynégétiques car ils ont l'amour de la nature chevillé au corps et le renouvellement de la ressource leur importe plus qu'à tout autre. Il faut donc avoir vis à vis d'eux un parti pris de confiance et non un préjugé de défiance, comme c'est trop souvent le cas. 

J'ai constaté à cette occasion combien le chantage organisé par les Verts sur le Gouvernement produit des erreurs graves. Il y a aujourd'hui une vision citadine et dogmatique de la protection de la nature qui n'a plus rien à voir avec une écologie humaniste. Résultat: l'impossibilité de poursuivre la chasse aux oies grises et aux canards en février. Or', les mêmes oies grises que celles qui traversent notre région sont considérées comme nuisibles aux Pays-Bas, où elles sont éliminées en masse par gazage, avec des crédits européens. Il est temps que de telles absurdités soient corrigées !

0 commentaires

jeu.

23

janv.

2014

Hervé Brixtel, Directeur de la Mission locale de Saint-Lô, part en retraite

Hervé Brixtel avec François Digard
Hervé Brixtel avec François Digard

Je n'arrive pas à croire déjà venue l'heure de la retraite d'Hervé Brixtel, qui s'illustrait depuis vingt-trois ans par son inventivité et son efficacité à la tête de la misison locale pour l'emploi des jeunes de Saint-Lô, que préside avec compétence et autorité Mme Roussel, adjointe au maire de Saint-Lô, François Digard.

Il continue heureusement à présider la Banque Humanitaire, qui agit inlassablement pour le retour à l'emploi des allocataires du RSA en leur fournissant un véhicule pour reprendre leur travail et en les accompagnant vers l'emploi.

0 commentaires

lun.

20

janv.

2014

"Le RSI reste à Coutances"

Vendredi 17 janvier, Gérard Quevillon a annoncé que l'antenne RSI resterait à Coutances (La Manche Libre, 20/01/2014)
Vendredi 17 janvier, Gérard Quevillon a annoncé que l'antenne RSI resterait à Coutances (La Manche Libre, 20/01/2014)
0 commentaires

dim.

19

janv.

2014

Non à une loi autorisant l’euthanasie!

Successivement, le président de la République, lors de sa conférence de presse, et le débat provoqué par la situation personnelle et familiale très douloureuse de Vincent Lambert, une personne tétraplégique en état de « conscience minimale », ont relancé cette semaine le débat sur la fin de vie.

ll n’existe ni humanisme ni respect de la dignité humaine qui ne repose d’abord sur le respect de la vie humaine. Dans tout l’histoire de l’humanité, sous tous les cieux, aucune société ne s’était jusqu’à nos jours autorisée à décider de mettre fin à la vie de ses membres, même pour mettre un terme à des souffrances intolérables. L’important n’est pas d’instituer des procédures collégiales pour décider des fins de vie, mais de juguler la souffrance des agonisants, ce qui est désormais médicalement possible dans presque tous les cas.

Le débat sur l’euthanasie doit donc être abordé avec prudence, sans postuler la nécessité d’une nouvelle intervention de la loi : dire qu’il faut une loi, c’est déjà dire qu’il faut permettre de donner la mort, tout le reste étant déjà autorisé et organisé par la loi actuelle.

La législation française est en effet l’une des plus avancées d’Europe. Elle repose sur la loi Leonetti de 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Elle prévoit notamment d’empêcher l’acharnement thérapeutique et rend possible l’arrêt de traitements qui deviendraient inutilement éprouvants s’ils étaient prolongés.

On ne réglera pas les problèmes de la mort et de la souffrance, ni le déni dont on les entoure trop souvent dans notre société, en empilant les textes supplémentaires mais en appliquant pleinement cette loi, dont les principes et les règles demeurent mal connus et sont donc insuffisamment appliqués.

Concentrons-nous donc sur l’accompagnement de la fin de vie et utilisons pleinement les méthodes médicales et  les outils juridiques à notre disposition ! Et écoutons les médecins, les soignants, les bénévoles, les familles et surtout les malades en fin de vie que nous rencontrons dans les services de soins palliatifs : ce n’est pas la mort qu’ils demandent c’est la vie, en dépit de tout, sauf quelques-uns, parce qu’ils souffrent intolérablement, physiquement et parfois moralement.

C’est bien ce cri de vie qu’il faut entendre et cette souffrance qu’il faut traiter, avant de se poser d’autres questions.

Quant à l’aide médicalisée au suicide ou à la mort donnée à des patients en état comateux ou quasi-comateux, ou en situation de handicap particulièrement lourd, qui ne sont pas en fin de vie mais dans une situation médicalement stabilisée insupportable de leur point de vue, de celui de leur entourage, de celui des médecins ou même du point de vue de la société en général, on voit bien que ce n’est pas la même question que la question de l’agonie d’un malade en phase terminale. J’estime qu’aucun médecin, aucun magistrat, aucun proche ne doit se faire juge de la valeur de la vie d’autrui et qu’aucune norme préétablie posée par la loi ne peut déterminer par avance les situations dans lesquelles la mort serait une réponse et celles dans lesquelles elle ne pourrait l’être. La création de procédures juridiques permettant de donner la mort, même entourées des plus grandes garanties, aurait pour effet de créer une forme d’appel d’air qui conduirait à multiplier l’ouverture de cas individuels en vue de procéder à des euthanasies. Ce serait ouvrir la voie à une société gravement déshumanisée.

Quant aux cas où en conscience, un médecin décide de hâter l’issue fatale par un acte positif, ils doivent rester exceptionnels car ils constituent la transgression de règles fondamentales, mais la justice humaine sait parfaitement les absoudre quand elle estime que les circonstances dans lesquelles la mort a été donnée ne relèvent pas d’un crime. De ce point de vue aussi, le système français fonctionne comme il doit le faire, dans un domaine où la perfection est inaccessible, et où une appréciation humaine doit garder sa place.

1 commentaires

dim.

12

janv.

2014

Soir de fête à Moyon pour le nouvel an municipal; interrogations sur les nouvelles règles du jeu électoral

L'église de Moyon, par un soir d'hiver ensoleillé
L'église de Moyon, par un soir d'hiver ensoleillé

A Moyon avait lieu le 11 Janvier en présence du Député Philippe Gosselin la présentation des voeux de la municipalité à la population autour d'une galette des rois. L'occasion de rappeler les réalisations de 2013 et de regarder vers l'avenir, dans une commune qui est passée de 650 à près de 1200 habitants en moins de vingt ans sous l'impulsion d'une municipalité entreprenante dirigée par Gilles Beaufils. Il y aura du renouvellement dans l'équipe municipale que celui-ci a décidé de conduire en mars, plusieurs élus communaux ayant décidé de se retirer.

Les nouvelles règles de l'élection inquiètent ici comme ailleurs:

-plus de possibilité de choisir des personnes qui ne seraient pas candidates mais qui ont pourtant des compétences qu'ils accepteraient finalement d emettre à la disposition de la commune; 

-plus de possibilité de rayer des noms dans les communes d eplus d emille habitants.
Ces deux règles limitent la liberté de l'électeur et ses possibilités de choix, alors que dans les communes rurales, le choix n'est pas partisan mais porte sur la qualité des personnes.

Chacun a compris aussi que l'obligation de déposer des listes complètes et bloquées et l'application d'une dose de proportionnelle ont pour effet d'encourager la formation d'oppositions structurées dans les conseils municipaux, créant de la division là où il faur de l'unité.

Ce ne sera pas un progrès!

0 commentaires

dim.

12

janv.

2014

Milly: énorme succès pour la soirée Emilio Corfa organisée par le comité des Fêtes autour du maire, Michel Reusiau

Emilio Corfa a attiré des centaines de fidèles pour le dîner dansant du Nouvel An au Cosec de Mortain
Emilio Corfa a attiré des centaines de fidèles pour le dîner dansant du Nouvel An au Cosec de Mortain

Ils sont une vingtaine de bénévoles autour du maire de Milly, Michel Reusiau, exceptionnel animateur d'équipe, pour organiser la soirée annuelle du comité des fêtes autour d'Emilio Corfa, chanteur et accordéoniste bien connu. Des jeunes viennent prêter main forte pour le service du dîner. C'était sans doute la dernière édition de cette manifestation car Michel Reusiau et son équipe passent la main. Mais cette fête annuelle s'est incroyablement développée depuis quarante ans, passant de la salle des fêtes de Milly à une grande tente dressée sur le parking de celle-ci, puis, depuis cinq ans, à la grande salle du Cosec de Mortain. Les couples qui participent à la soirée sont nombreux, et de tous âges, mais le temps d'une soirée, septuagénaires et octogénaires ont tous, comme les autres, vingt ans ! C'était un émerveillement de voir le bonheur de l'instant se lire sur le visage des danseurs.

0 commentaires

dim.

12

janv.

2014

Saint-Laurent-de-Terregatte: ultime réalisation pour Patrick Delaunay

Les Moissonneurs du Terregatte animaient en fanfare l'inauguration de la magnifique salle des fêtes.
Les Moissonneurs du Terregatte animaient en fanfare l'inauguration de la magnifique salle des fêtes.

Maire de Saint-Laurent-de-Terregatte, Patrick Delaunay acceuillait dimanche matin une population nombreuse pour les voeux et l'inauguration de la salle des fêtes, l'une des plus belles du Sud Manche.

Chef d'une entreprise de maçonnerie qu'il ne peut négliger dans une période économique si rude, il ne briguera pas de nouveau mandat de maire en mars: la fonction de maire est en effet de plus en plus prenante, avec l'accumulation des règles, les difficultés financières et la nécessité de veiller soi-même à l'exécution des nombreux travaux à la charge de la commune. Dans une commune rurale de près de

800 habitants, difficile d'avoir en même temps que ce mandat une activité professionnelle trop prenante. Quel dommage pour le service de la collectivité, qui se prive ainsi, par la force des choses, de précieuses compétences! 

0 commentaires

dim.

12

janv.

2014

Beaumont-Hague: trente ans de vie publique pour le maire, Michel Laurent

Petits-enfants de Michel Laurent, Lisa et Thomas Laurent lui ont fait la surprise de se produire devant les invités!
Petits-enfants de Michel Laurent, Lisa et Thomas Laurent lui ont fait la surprise de se produire devant les invités!

Un élu quitte la scène municipale après trente ans d'un dévouement unanimement reconnu. Michel Laurent, maire et conseiller général de Beaumont-Hague, également vice-président de la communauté de communes de la Hague auprès de Michel Canoville, ne briguera pas de nouveau mandat en mars..

J'apprécie Michel Laurent parce qu'il n'y a pas une once d'ambition personnelle et d'esprit partisan dans la façon dont il exerce ses responsabilités publiques. C'est un homme de coeur, d'engagement, d'écoute et de disponibilité. J'étais donc à ses côtés vendredi soir pour lui rendre hommage. Il reste au conseil général pendant un an et j'aurai plasir à continuer à travailler avec lui.

0 commentaires

sam.

11

janv.

2014

Brécey: Bernard Tréhet médaillé d'honneur vermeil pour trente ans de vie municipale

Geneviève Lecoeur, compagne de Bernard Tréhet, reçoit un beau bouquet en témoignage de reconnaissance pour son soutien à l'action de celui-ci
Geneviève Lecoeur, compagne de Bernard Tréhet, reçoit un beau bouquet en témoignage de reconnaissance pour son soutien à l'action de celui-ci

Vendredi à 19 heures, Bernard Tréhet présentait ses voeux à Brécey et à la communauté de communes du Val de Sée. L'occasion aussi de lui remettre la médaille d'honneur régionale, départementale et communale de vermeil pour trente ans de service de la collectivité. J'ai souligné la richesse de  sa personnalité, homme de réflexion et d'écriture, Bernard Tréhet est aussi un homme d'action et de réalisations, économiques, sociales, culturelles, et un homme de caractère, animateur d'équipes. Trois qualités déjà rares prises isolément, et qui deviennent exceptionnelles quand elles se combinent en un seul homme!

0 commentaires

sam.

11

janv.

2014

Signature d'une convention départementale pour améliorer la qualité de l'accompagnement des personnes en situation de handicap

Signature de la convention entre le Conseil général et l'ACAIS en présence de son président A.Cartel
Signature de la convention entre le Conseil général et l'ACAIS en présence de son président A.Cartel

Ce vendredi 10 janvier, le Conseil général de la Manche a accueilli, à la Maison du Département, Alain Cartel, le président de l'ACAIS (Association du Cotentin d’aide et d’intégration sociale) et ses représentants pour signer une convention  quinquennale afin de renouveler l'engagement du Conseil général en faveur des personnes adultes handicapées. De nombreux partenaires et membres d'association oeuvrant en faveur de personnes handicapées avaient répondu présents.

L'objectif de cette convention est d'améliorer la qualité de l’accompagnement des personnes en situation de handicap. Un investissement de 8,5 millions d’euros sur cinq ans est prévu pour réhabiliter les bâtiments de l’association et restructurer les services de l’association. Après deux années de travail, le conseil général de la Manche vient de finaliser le premier contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) dans le domaine des établissements pour adultes handicapés. Une première du genre dans le département. La convention conforte le budget alloué par le conseil général à l’association. Celle-ci recevra 5 270 000,00 € par an pour ses frais de fonctionnement.

Concrètement, ce CPOM prévoit d'améliorer le bâti afin de garantir au mieux l’autonomie de ces personnes touchées par le handicap:

1/ La transformation du service d’insertion en service d’accompagnement à la vie sociale.

2/ Le redéploiement de places d’hébergement ESAT au profit de la mise en place du parcours résidentiel progressif.

3/ La restructuration des bâtiments.

0 commentaires

ven.

10

janv.

2014

Affaire Dieudonné : aucune liberté n'est sans limite

Conseil d'Etat
Conseil d'Etat

La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen le proclame ainsi dans son article 4 :" la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui". Aucune liberté n'est donc sans limite, y compris la liberté d'expression. Les limites sont fixées par la loi. L'autorité administrative doit les faire respecter. Elle agit elle-même sous le contrôle du Conseil d'Etat, qui veille à ce que les limites apportées à la liberté n'aillent pas au-delà des prescriptions de la loi. La loi elle-même est soumise au contrôle du Conseil constitutionnel, qui veille à sa conformité aux libertés fondamentales. Par ailleurs, les tribunaux judiciaires appliquent les sanctions pénales que la loi prévoit quand des propos publics sont délictueux. C'est le cas notamment des propos racistes et xénophobes, qui portent des atteintes inacceptables au respect de la personne humaine.
Compte tenu de la nature des propos publics tenus par le prétendu comique Dieudonné, qui ont donné lieu à plusieurs condamnations pour délit par les tribunaux judiciaires, le Conseil d'Etat a estimé qu'il n'était pas illégal qu'un maire interdise son spectacle. Il avait admis aussi la légalité de l'interdiction de spectacles de "lancers de nains", qui attentaient à la dignité humaine.
L'interdiction d'un spectacle est un acte grave qui doit rester exceptionnel. Mais qu'un soi-disant "humoriste" rameute son public par des propos et des attitudes lourdement antisémites dépasse assurément les limites de ce que les Français peuvent accepter au nom du respect des libertés et de la tolérance pour ce qui se veut amusant. Il restera un espace bien suffisant pour être drôle.

0 commentaires

mer.

08

janv.

2014

Visite de réalisations et d'équipements du canton de St James en présence de la Préfète et d'élus locaux

Mercredi 8 janvier, je me suis déplacé dans le Sud Manche aux côtés de Danièle Polvé-Masson, Préfète de la Manche, du député Guénhaël Huet, du Président du Conseil général de la Manche, Jean-François Le Grand et de nombreux élus locaux pour visiter des équipements et réalisations du canton de Saint-James. A cette occasion, plusieurs visites et inaugurations toute la journée ont eu lieu en présence des élus locaux. En début de matinée, nous avons inauguré l’extension de la station de traitement d’eau de la Gauberdière à St Aubin de Terregatte puis les travaux de la mairie, de la garderie et de l’aménagement d’une classe supplémentaire. En fin de matinée, nous nous sommes rendus à Saint-James pour une visite de l’établissement de travail protégé) de Saint-James qui œuvre inlassablement en faveur de l'ouverture de l'emploi aux personnes handicapées, puis à l'inauguration du sentier pédestre de Saint-James. En milieu d'après-midi, j'ai accompagné la préfète et les élus locaux pour la pose de la première pierre de la future résidence des Séniors "Le Pupitre d’Or" à Saint-James, puis nous avons visité l'extension du centre hospitalier, avant d'assister aux voeux du personnel de l'hopital.


0 commentaires

mar.

07

janv.

2014

Voeux dans nos communes rurales: une tradition bien vivante!

Chaque année, dans de nombreuses communes, la population est invitée autour du maire et de son conseil pour échanger des voeux autour d'une galette des rois.

De Saint-Pois à Beaumont-Hague, de Saint-James à Portbail, de Brécey à Saint-Sauveur-le-Vicomte en passant par Tourville-sur-Sienne, tout Sénateur de la Manche parcourt de long en large son département à la rencontre des élus et de la population pendant une bonne partie du mois de janvier. Moments riches et forts pendant lesquels nous prenons réellement conscience du dynamisme des bourgs et de leus élus locaux constamment en action: écoles, ludothèques, pôles de santé, logements accessibles, maisons de retraite, zones d'activité, assainissement, salles de sport et salles de convivialité, enfouissement des réseaux... Toute la matière du travail quotidien des élus municipaux apparaît au grand jour et est mise en pesrpective. (Cependant, adieu les bonnes résolutions de régime maigre et sobre: il s'agit de faire honneur à ses hôtes et d'entrer dans la compétition pour la fève!!!)

Mais les voeux, c'est aussi un événement politique à l'échelle de la commune, comme pour les voeux du Président de la République, qui ne sont pas que des voeux de bonheur et  de santé présentés aux Français, mais aussi des engagements de programmation (cette année, promesse de baisses d'impôts à venir, après les promesses de baisse du chômage en 2013, dont on sait malheureusement ce qu'il en a été)!

Dans les années électorales, comme le sera 2014, notamment avec les élections municipales, l'événement est encore plus politique, au sens noble du terme. Il s'agit alors de présenter un bilan municipal et d'ouvrir des voies d'avenir avec de nouveaux projets pour demain. 

Certains maires ont cependant décidé de ne pas demander le renouvellement de leur mandat, et les voeux sont alors aussi un moment d'émotion, l'occasion pour le maire de remercier la population de sa confiance, celle pour les habitants d''exprimer leur reconnaissance pour le travail accompli.

Je suis invité à de nombreux voeux comme parlementaire. Je dois dire que j'y prends plaisir, et en particulier quand des médailles d'honneur sont officiellement remises à des élus et à des agents municpaux. 

J'aime alors à rappeler à tous que les maires et les conseillers municipaux ne sont pas des Français d'une espèce particulière mais des citoyens comme les autres ayant chacun leur métier ou étant retraités, qui pourraient fort bien consacrer leur temps libre à leur famille et à leurs loisirs, mais qui ont accepté de s'engager au service des autres avec plus de contraintes, de responsabilités et de soucis que de récompenses... Ceux qui feraient cela pour satisfaire leur ego ou pour la gloriole déchanteraient vite: on n'est pas maire sans une bonne dose d'altruisme!

 


0 commentaires

mer.

01

janv.

2014

Une nouvelle année qui commence !

Meilleurs voeux pour 2014
Meilleurs voeux pour 2014

Chères lectrices, chers lecteurs, chers internautes, 

Ce site internet existe depuis plusieurs années maintenant, il constitue pour moi un lieu privilégié de transmission d'information et d'échanges avec vous en complément des relations directes que je peux entretenir avec nombre d'entre vous. Tous les mois, vous êtes nombreux à venir consulter mes pages et mes articles qui traitent de l'actualité et qui relatent mon activité de sénateur ou de vice-président du Conseil général de la Manche et je tiens à vous remercier vivement de votre fidélité "numérique". Je m'efforce, au fil des semaines, de rendre ce site dynamique et attractif avec des actualités renouvelées afin de vous faire partager le maximum de mes actions et réflexions.

Aujourd'hui, c'est une nouvelle année qui commence...et je profite de ce site pour vous adresser tous mes voeux pour 2014 à vous et à tous les vôtres.

"Pour 2014, de l'espoir, de la lucidité et de la volonté ! Crise chez nous, forte croissance ailleurs. Notre modèle doit être rénové. Laissons nos querelles. Allons de l'avant. Faisons taire les intérêts catégoriels. Ayons confiance en nos jeunes. Ayons confiance en nos entreprises. Ayons confiance en nos collectivités. Construisons une nouvelle Europe, une Europe forte qui nous rende forts dans la compétition des Nations".

 

2 commentaires

 

CONTACT




Accédez au site : MaVieDansLaManche

 

La lettre du sénateur - novembre 2016

"Une Manche fraternelle, attractive, dynamique à l'écoute de ses habitants"

Le magazine du conseil départemental de la Manche

 Manche des territoires, la revue destinée aux élus

Les P'tites News : le magazine des collégiens

Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr
Lien vers le site internet www.nossenateurs.fr

Livre "Avec Chirac"